Réouverture des crèches : le doudou, persona non grata ?

Réouverture des crèches : le doudou, persona non grata ?
Population

L'APRÈS 11 MAI - Dans les crèches, certains professionnels s’inquiètent des conséquences d'un excès d'hygiène qui pourrait notamment avoir raison des doudous.

A l’approche de la date du 11 mai, les crèches s’organisent pour déconfiner en douceur les tout-petits, tout en assurant autant que possible leur sécurité au sein des établissements d'accueil. Potentiel vecteur de propagation du coronavirus, le sacro-saint doudou, si cher à nos petits chérubins, sera-t-il persona non grata ? De fait, il est en contact avec la bouche de l'enfant et celui-ci a l'habitude de le laisser traîner un peu partout. Par mesure de précaution, certaines crèches préviennent déjà qu’il ne pourra pas circuler entre la maison et leurs locaux. Il va donc falloir trouver deux doudous.

Une aberration pour Julie Marty-Pichon, du collectif "Pas de bébés à la consigne !", qui s’interroge sur l’intérêt sanitaire d’une telle mesure. "Le doudou est un objet transitionnel qui doit faire le lien entre la maison et le lieu d’accueil. Si vous cassez ça, vous mettez les enfants dans une grande situation de stress", prévient-elle. A quelques jours de la rentrée, les parents, eux, aussi, s'interrogent. "Certains nous ont appelés pour savoir s'ils pourront venir avec le doudou de leur enfant", confirme à LCI Gaëlle, éducatrice dans une crèche à Rennes qui rouvrira ses portes le 11 mai. 

Lire aussi

Que les parents se rassurent, dans la plupart des établissements, le doudou ne sera pas interdit. Le plus souvent, il sera consigné dans un casier individuel à disposition de l'enfant tout au long de la journée. "Depuis le début de la crise sanitaire, nous accueillons des enfants de personnels hospitaliers et de soignants. Sur la question des doudous, nous avons choisi de les autoriser, car on estime qu'il essentiel au bien-être de l'enfant et qu'il ne présente pas de réel danger", explique à LCI Zoé Clerel, éducatrice dans une crèche à Compiègne, dans l'Oise. 

Toutefois, pour limiter le risque, il sera parfois demandé aux parents de veiller à le laver régulièrement. "Tous les deux ou trois jours, ce serait déjà bien", estime Gaëlle, tout en rappelant qu'une série de mesures complémentaires vont être prises pour réduire au maximum le risque de contamination. "De toute façon, tout le monde sait que le risque zéro n'existera pas. Inutile donc de traumatiser davantage l'enfant en le dépossédant de son objet fétiche. Il contient l'odeur de la maison, ce qui aura pour effet de le réconforter lorsqu'il aura un trop plein d'émotions", plaide-t-elle.

Après deux mois en famille à la maison, même s'ils connaissent les lieux et le personnel, ce sera un peu comme une rentrée. - Florence Millot, psychologue pour enfants.

Toute l'info sur

Les grands défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

C'est également l'avis de la psychologue pour enfants Florence Millot. "Le retour à la crèche va nécessiter une mini-réadaptation, explique à LCI la spécialiste. "Après deux mois en famille à la maison, même s'ils connaissent les lieux et le personne, ce sera un peu comme lors de la rentrée pour les enfants. Il est donc important qu'ils se sentent en sécurité et le doudou participe à cela", souligne-t-elle. Pour cette spécialiste, ce sont surtout les parents qui appréhendent. "Les enfants seront dans leur bulle. Ils seront contents de se revoir. Pour eux, la vie reprend son cours habituel, et c'est très bien. Pas la peine d'y ajouter du stress inutile, notamment celui des parents", insiste la psychologue.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent