Restauration de Notre-Dame de Paris : "Nous allons reconstruire la flèche de Viollet-le-Duc", assure le général Jean-Louis Georgelin

Restauration de Notre-Dame de Paris : "Nous allons reconstruire la flèche de Viollet-le-Duc", assure le général Jean-Louis Georgelin
Population

INTERVIEW - Invité d'Elizabeth Martichoux ce vendredi 10 juillet, le général Jean-Louis Georgelin, missionné par Emmanuel Macron pour piloter la restauration de Notre-Dame de Paris, soutient que la cathédrale et sa flèche, ravagées par un incendie il y a plus d'un an, seront reconstruites à l'identique.

C'est désormais officiel : quinze mois après l'incendie ayant ravagé la cathédrale et ému le monde entier, Notre-Dame sera belle et bien reconstruite à l'identique, le Président de la république Emmanuel Macron ayant tranché jeudi soir et "acquis la conviction" qu'il ne fallait pas effectuer de transformations majeures ou voyantes. Pour ce faire, il a suivi les recommandations du général Jean-Louis Georgelin, président de l'Etablissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale, sur un sujet "qui passionne les Français" : "Depuis le 15 avril 2019, l'intérêt que suscite ce chantier ne retombe pas", confirme-t-il ce vendredi sur LCI. De quoi montrer, selon lui, "la force spirituelle de cette cathédrale, de ce qu'elle représente en France. Tout le monde a un avis sur Notre-Dame, ce qui nourrit la réflexion". 

Parmi les zones d'ombre sur la restauration de ce joyau gothique, la question d'une reconstruction à l'identique de la flèche, selon les plans détaillés laissés par l'architecte Viollet-le-Duc, ou à l'inverse en incluant un geste architectural contemporain, faisait débat depuis des mois. "Nous allons reconstruire la flèche de Viollet-le-Duc", précise cet ancien chef d’état-major des armées ce vendredi. Cette flèche, "c'est vraiment la flèche venue parachever ce chef-d'oeuvre absolu de l'art gothique qu'est la cathédrale de Paris"

En vidéo

Notre-Dame de Paris : la charpente et la flèche seront reconstruites à l'identique

Lire aussi

La cathédrale rendue au culte en 2024

Selon le général Jean-Louis Georgelin, cette décision de reconstruire la flèche à l'identique n'est pas moins audacieuse qu'un geste architectural contemporain : "Reconstruire la flèche à l'identique, c'est peut-être aussi une forme d'audace. C'était le choix qu'attendaient les Français. C'était aussi le choix des donateurs".  Ce choix s'est surtout révélé moins controversé que prévu : "Bien sûr, la polémique n'est jamais close, nous sommes une démocratie vivante et bouillonnante. Mais il n'y a pas eu véritablement de bataille des anciens et des modernes. J'ai veillé en demandant à mon entourage de ne pas s'exprimer sur leurs choix et je n'ai jamais fait état de mon sentiment ni de mon choix". Même si, agacé des propos de l'architecte en chef  Philippe Villeneuve, qui s’était prononcé dès le mois de juin pour une restauration à l’identique de la flèche de Viollet-le-Duc, il avait sommé ce dernier de "fermer sa gueule" sur le sujet : "Je trouvais que si nous-mêmes nous alimentions la polémique, cela aurait une dimension politique", explique-t-il. Or, ce n'était pas l'objet". 

Le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé en avril 2019, le lancement d'un "concours international d'architecture" pour déterminer s'il faut reconstruire la flèche de Notre-Dame de Paris. Finalement, il en sera autrement. Le général Jean-Louis Georgelin jugeait "plus intéressant d'étendre le concours aux abords" afin de donner "à la cathédrale un plus bel écrin" : "Il n'y aura pas de concours pour la flèche mais il y aura bien un concours mais sur les abords seulement. Ce sera là l'occasion d'un geste moderne". 

Toute l'info sur

Incendie à Notre-Dame : un symbole de Paris dévasté par le feu

S'il reconnait qu'un "nouveau confinement serait catastrophique, pas seulement pour la cathédrale", il se dit confiant dans l'idée de démarrer incessamment la restauration proprement dite de Notre-Dame, que le président Macron souhaite voir reconstruite dans un délai de cinq ans : "La cathédrale est en travaux permanents depuis 1163, donc elle sera toujours en travaux" note-t-il. Mais "Nous tiendrons les délais", assure-t-il. "Nous rendrons la cathédrale au culte en 2024, ce qui ne veut pas dire que tout sera terminé". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent