Effets secondaires : l'antivomitif Motilium désormais interdit aux enfants

Population
DANGER - Le médicament à base de dompéridone utilisé contre les nausées et vomissements, tout comme ses génériques, ne doit désormais plus être donné aux enfants de moins de 12 ans, a annoncé l'Agence du médicament (ANSM). En cause ? Notamment un risque cardiaque.

Cette décision intervient dans le sillage de précédentes mises en garde. Le Motilium (laboratoire Janssen-Cilag) et ses génériques (laboratoires Mylan, Teva, Biogaran, etc.) ne doivent plus être utilisés chez les moins de 12 ans, a annoncé vendredi l'Agence du médicament (ANSM). L'utilisation de la dompéridone, qu'ils contiennent, est donc désormais restreinte aux adultes et aux adolescents pesant plus de 35 kilos.


Pour justifier cette annonce, l'organisme évoque non seulement le manque d'efficacité de ces antivomitifs (ils ne font pas mieux qu'un placebo, selon une étude présentée cette année), mais aussi parce qu'ils comportent un risque cardiaque, "rare mais potentiellement grave". En conséquence, même au-là de 12 ans, la dose est limitée à 10 mg jusqu'à trois fois par jour afin de ne pas dépasser la dose maximale de 30 mg/jour tandis que la durée du traitement doit être la plus courte possible et généralement ne pas dépasser une semaine, rappelle l'ANSM.

"Les Français consomment encore trop de médicaments antivomitifs"

Les médicaments à base de dompéridone sont par ailleurs contre-indiqués en cas d'insuffisance hépatique ainsi que dans certaines situations pouvant entraîner des anomalies cardiaques potentiellement mortelles (maladies cardiaques, prise simultanée d'autres médicaments).  L'agence du médicament a d'ailleurs adressé plusieurs mises en garde aux professionnels de santé sur la dompéridone dans le passé, notamment en 2014, à la suite des recommandations européennes visant à réduire les risques cardiaques. Si la consommation a été réduite de 30% entre 2012 et 2014, l'ANSM avait trouvé cela insuffisant à l'époque.


"Les Français consomment encore trop de médicaments antivomitifs", déplore  auprès de l'AFP Nathalie Dumarcet, cheffe des médicaments en hépato-gastroentérologie à l'ANSM. Et de détailler : "le Motilium s'effondre, l'usage du Primperan a déjà été restreint, mais le Vogalène prend la relève".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter