Une des sœurs siamoises opérées à Lyon va être opérée du cœur

Soeurs siamoises opérées à Lyon : l'opération est "un succès"
Population

MÉDECINE - Après avoir été séparée mercredi de sa sœur siamoise Eyenga, à laquelle elle était reliée par l'abdomen, la petite Bissie Merveille va devoir être opérée du cœur en raison d'une malformation.

Après le succès, mercredi, de l'opération de séparation des deux siamoises Bissie et Eyenga Merveille, reliées par l'abdomen, la première va être opérée du cœur, rapporte Le Parisien. La petite fille, atteinte d'une malformation cardiaque, devrait subir une nouvelle intervention dans une dizaine de jours, a indiqué au quotidien le professeur Alain Deloche, Président de la Chaîne de l'Espoir, l'organisation humanitaire qui a permis le transfert des deux enfants du Cameroun vers la France.

Voir aussi

"L'imagerie réalisée avant l'opération avait déjà montré que l'une d'entre elles avait une malformation cardiaque. Il apparaît, après l'opération, que cette petite fille a vraiment besoin d'être opérée du cœur. C'est une opération importante, à cœur ouvert, qui devrait être faite dans une dizaine de jours", a indiqué le professeur Deloche. 

Les deux petites filles ne sont plus sous assistance respiratoire

"Il serait inapproprié de faire cette opération trop vite, elle a d'abord besoin de se reconstituer", a ajouté le professeur. "Au global, cela s'est bien passé", affirme-t-il à propos de l'opération de séparation, alors que les deux enfants ne sont plus sous assistance respiratoire et que leur sortie de réanimation est envisagée. "La plus grande d'entre les deux est en bonne forme. Pour l'autre c'est un peu plus difficile mais on a bon espoir", a-t-il ajouté.

Rejetées par leur père et d'autres membres de la famille, les deux petites siamoises avaient été repérées par la Chaîne de l'Espoir. Leur mère, "diabolisée", avait dû se réfugier à Yaoundé, la capitale du Cameroun. "Quand on voit ce type de grande opération, d'une durée cinq heures, sur deux fillettes siamoises, on a envie de saluer le travail de l'hôpital public français. Il n'y a que lui qui peut faire ça. C'est sa grandeur, il faut le préserver, au moment où il est en danger", a ajouté Alain Deloche.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter