Sarah Abitbol accuse de viol son ex-entraîneur : "Mon corps me brûle quand j'en parle"

Sarah Abitbol accuse de viol son ex-entraîneur : "Mon corps me brûle quand j'en parle"
Population

Toute L'info sur

LE WE 20H

AFFAIRE - L'ancienne championne de patinage artistique Sarah Abitbol brise l'omerta et accuse son ex-entraîneur de l'avoir violée dès l'âge de 15 ans. Didier Gailhaguet, président de la fédération, devra s'expliquer lundi devant l'actuelle ministre des Sports.

Sarah Abitbol, ancienne championne de patinage artistique, n'oublie pas. Elle revient aujourd'hui sur les faits dont elle a été victime lorsqu’elle avait 15 ans : "J’ai mis 30 ans à poser un mot sur ce qui m’était arrivé, le mot viol que je n’arrivais pas à dire encore la semaine dernière."

Pendant deux années, de 15 à 17 ans, Sarah Abitbol va vivre un cauchemar à cause de son entraîneur de l’époque. Son histoire, elle la raconte dans son livre Un si long silence, co-écrit avec Emmanuelle Anizon. Une lettre ouverte à celui qu'elle surnomme M. O. "À la maison lorsque j’ai décrit ce qui s’était passé le premier mot de ma maman a été : 'cette ordure'. Donc O comme ordure", explique-t-elle. 

Lire aussi

Des agissements suspects également signalés en 2000

M.O n'est autre que Gilles Beyer, un ancien cadre de la Fédération française des sports de glace et ancien entraîneur de Sarah Abitbol. Par le biais d’un communiqué, il reconnaît avoir eu des "relations intimes inappropriées" et présente ses excuses à l'ancienne championne : "Ces relations étaient en tout état de cause inappropriées [...] je suis sincèrement désolé et je présente à Sarah Abitbol mes excuses."

Gilles Beyer officiait il y a peu de temps encore dans un club parisien. Ses agissements suspects avaient pourtant été signalés dès l’an 2000 notamment par Didier Lucine, entraîneur du club de patinage d’Annecy, qui a retrouvé la lettre qu’il avait envoyée aux instances du patinage français. "À l’époque il y avait des rumeurs. Une ancienne patineuse m’expliquait qu’il passait dans les chambres, que c’était pas bien et que tout le monde se plaignait", relate l'entraîneur. 

Voir aussi

Le président de la fédération des sports de glace convoqué lundi par la ministre des Sports

Marie-George Buffet, à l'époque ministre des Sports, diligente une enquête sur l'entraîneur. Il est alors démis de ses fonctions mais reste reste responsable des tournées de l’équipe de France. "Il y a eu une forme de complicité de la part des hommes et des femmes qui animent au plus haut niveau cette fédération. Ce n'est pas possible que rien ne se sache", déclare l'ancienne ministre. 

Le président de la Fédération française des sports de glace, Didier Gailhaguet n’a pas souhaité répondre aux questions de nos journalistes. Une pétition réclamant la démission du président de la fédération récolte déjà près de 3.200 signatures. 

L’actuelle ministre des Sports, Roxana Marcineanu, doit le recevoir lundi après-midi pour qu’il puisse s’expliquer. Le monde du sport n'en est pas à sa première affaire du genre : d’autres disciplines comme le tennis ou la natation sont également pointées du doigt pour des faits similaires. 

Avec son livre, Sarah Abitbol entend briser une omerta qui n’a que bien trop duré : "Cette prise de parole c’est vraiment pour que la honte change de camp. Je n’ai pas à être honteuse, ce n’est pas à moi de l’être."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent