Sécurité routière : troisième mois de hausse de la mortalité sur les routes

Population

DRAMES - Pour le troisième mois consécutif la mortalité sur les routes de la métropole a augmenté, 7,3% de plus qu'en mars 2018. Des chiffres qui s'explique par plusieurs facteurs.

Pour le troisième mois consécutif le nombre de morts sur les routes a augmenté en mars 2019 selon les estimations provisoires de l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) dévoilé le vendredi 19 avril. 250 personnes sont morte en mars 2019, soit une hausse de 7,3 % par rapport à l'année dernière. Cela représente 17 personnes tuées en plus par rapport à 2018. 

"Le premier trimestre de l'année 2019 se caractérise par une hausse de la mortalité avec 741 personnes tuées. Comparé à la moyenne sur cinq années (2013-2017), cela représente 25 morts supplémentaires", souligne la Sécurité routière. Selon l'ONISR, la hausse de la mortalité routière enregistrée en mars 2019 concerne principalement les cyclistes (+8%), les cyclomotoristes (+7%), et les piétons (+5%). Comme en février 2019, la mortalité des cyclistes est à nouveau la plus forte relevée pour un mois de mars, depuis dix ans, avec 18 décès estimés le mois dernier.

Lire aussi

La limitation à 80km/h compense les destructions de radars

Les agglomération et les autoroutes sont plus particulièrement touchées par cette hausse de la mortalité. "La mortalité sur les routes hors agglomération serait en baisse (423 tués contre 446 en moyenne sur cinq ans soit 23 de moins)." fait savoir l'observatoire. 

L'ONISR estime que la "météo printanière" peut expliquer en partie cette hausse de mortalité puisqu'elle aurait favorisé les déplacements. Par ailleurs il souligne l'impact de la réduction de la vitesse à 80km/h sur les routes hors agglomérations : " Il est acté, depuis la fin 2016, une baisse de  -7% de la mortalité sur 12 mois hors agglomération, alors que la mortalité sur les autres réseaux routiers (autoroutes et agglomération) est remontée au niveau de la fin 2016."

Voir aussi

Comme après les premières annonce d'augmentation du nombre de morts sur les routes, l'ONISR pointe la responsabilité des dégradation des radars, mais nuance que ces actes de vandalismes "(sont) compensé(s) hors agglomération par la nouvelle limitation de vitesse". En outre selon l'observatoire le nombre de morts sur les routes d'Outre-mer a baissé. "21 personnes ont perdu la vie sur les routes des Outre-mer en mars 2019, soit 3 tués de moins qu’en mars 2018", précise-t-il. 

Lire et commenter