Il y a bien un loup en Seine-Maritime, "une première depuis plus d'un siècle"

D'habitude, le loup rode plutôt du côté des Alpes. Sa présence en Normandie ne réjouit pas du tout les éleveurs, qui ne trouvent pas de solution pour le moment.
Population

FAIT DIVERS - Alors que les prédations sur ovins se poursuivent au sud-est de Dieppe, les experts de l'Office français de la biodiversité ont confirmé la présence prolongée d'un canidé sauvage dans ce département.

"Les prédations sur ovins se poursuivent et se sont intensifiées ces derniers jours dans le secteur de Mesnières-en-Bray", au sud-est de Dieppe. Les experts de l'Office français de la biodiversité (OFB) ont "confirmé la présence d'un loup dans le département de la Seine-Maritime", a indiqué ce mardi la préfecture dans un communiqué. 

Après une période de relative accalmie durant les mois de mai et juin, "où un délai plus important entre les prédations (parfois de l'ordre de trois semaines) a pu être constaté", leur fréquence a "sensiblement augmenté depuis le début du mois de juillet", sans que l'on puisse réellement en expliquer la raison.

Lire aussi

"Une première depuis plus d'un siècle"

Toutefois, cette présence prolongée du loup dans ce département situé dans le nord-ouest de la France ne permet pas d'établir que l'animal va s'y installer durablement. 

Alors que l'OFB a relevé 97 zones de présence permanente du loup sur le territoire français, principalement dans les Alpes, le Sud-Est et l'Est et qu'à la sortie de l'hiver 2018/2019, la population de loups en France était estimée à environ 530 individus, la préfecture avait indiqué mi-avril que la découverte probable d'un loup gris en Seine-Maritime était "une première depuis plus d'un siècle".

Un régime d'indemnisation est mis en place pour compenser les pertes subies par les éleveurs, a également fait savoir la préfecture.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent