Six mois de prison ferme pour l'agresseur de Julia Boyer, la transphobie reconnue

Population

PROCÈS - L'agresseur de Julia Boyer, femme transgenre frappée et humiliée sur la place de la République, à la fin du mois de mars, a été reconnu coupable de faits de violence en raison de l'identité de genre. Il a été condamné à dix mois de prison dont six ferme.

Live

Elle souhaite que de nombreux médias puissent assister à ce procès. Sur Twitter, Julia Boyer, femme trans' agressée en pleine rue, a invité les journalistes à se rendre au palais de justice, ce mercredi 22 mai, où comparaît un homme qui est accusé de l'avoir frappée.

La scène, filmée, postée sur les réseaux sociaux et devenue virale, s'est déroulée le 31 mars dernier sur la place de la République à Paris, en marge d'un rassemblement contre le président algérien Bouteflika. Les images montrent Julia tenter de descendre dans une bouche de métro, lorsque plusieurs hommes la prennent à partie, l'insultent et lui donnent des coups au visage. Autour d'elle, les humiliations fusent. 

Lire aussi

"Une peine exemplaire"

Grâce à cette vidéo, un jeune homme a pu être retrouvé. Le prévenu est âgé de 23 ans et ne comparaîtra pas libre : il a été placé en détention provisoire. Il sera jugé aujourd'hui pour "violences commises en raison de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre", un délit pour lequel il encourt jusqu'à trois ans de prison et 45.000 euros d'amende. D'après son avocate, Mariame Touré, il a reconnu les faits. De son côté, Julia Boyer a indiqué à l'AFP espérer une "peine exemplaire", "pour toutes les personnes qui ont subi ce genre de violences et qui n'ont pas porté plainte ou dont l'agresseur n'a pas été arrêté". 

Procès à suivre ici en direct cet après-midi. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter