SNCF : Pepy veut à nouveau des TGV à un seul niveau pour les lignes secondaires

Population

TRAIN - Le patron de la SNCF souhaite racheter des TGV de moins grande capacité afin de desservir les lignes secondaires en heure creuse. Il assure également qu'il n'y aura pas de fermeture de petites lignes.

Comment remplir les TGV quand les lignes sont moins fréquentées ? Dans une interview au Parisien, le président de la SNCF Guillaume Pépy a avancé une piste : acheter, de nouveau, des TGV à un seul niveau, pour les faire rouler en heures creuses ou sur des axes secondaires.  "Ce n'est pas de notre faute, (...) Alstom ne construit plus depuis 1993 que des TGV à deux étages. Donc on achète que des jumbos qui peuvent emporter entre 515 et 650 passagers. On ne peut pas mettre un TGV jumbo en milieu de journée et courir le risque de n'avoir que 70 personnes à bord, ce serait du gâchis d'argent public", explique l'intéressé dans cette interview tout en précisant :  "Le TGV est un outil d'aménagement du territoire et il le restera". 

"Il nous faut des TGV de moins grande capacité"

Pour autant, "il ne faut pas renoncer aux TGV à deux niveaux pour les lignes saturées, mais pour les lignes qui ne sont pas engorgées (...) je pense qu'il faut qu'on réfléchisse en France à la possibilité d'avoir non plus uniquement des TGV Jumbo de plus de 500 places, mais également des TGV de 300 places qui seraient moins chers à l'achat", a-t-il ajouté. "Aujourd'hui, seule la France a des TGV à deux niveaux. Ils ont permis de faire baisser les prix, mais si l'on veut une desserte plus fine du territoire, il nous faut des TGV de moins grande capacité", a insisté le patron de la SNCF.

En ce qui concerne le matériel, la SNCF vient de commander à Alstom 100 "TGV du futur" à deux étages, qui embarqueront encore plus de monde, jusqu'à 740 personnes. Le groupe français fabrique aussi des trains à grande vitesse à un seul étage, vendus en Italie et aux Etats-Unis. Eurostar, filiale de la SNCF, a parallèlement acheté des rames à un seul étage à l'allemand Siemens pour ses liaisons vers Londres.

"Il n'y aura pas de fermeture des petites lignes"

Pour les petites lignes, Guillaume Pepy affirme qu"'il n'y aura pas de fermeture des petites lignes. En revanche, elles doivent impérativement coûter moins cher aux contribuables". Aussi, si le nombre d'usagers est "insuffisant pour couvrir le coût d’un guichet, c’est le contribuable qui paye la différence." Pour réduire ces coûts, Guillaume Pepy annonce une expérimentation. "Quand il n’y a ni guichet ni distributeur automatique, nous allons expérimenter à partir de cet été un outil de vente des billets TER et grandes lignes dans une cinquantaine de débits de tabac en France."

Lire aussi

Enfin, sur le sentiment d'insécurité croissant, notamment dans les trains en Île-de-France, Guillaume Pepy se dit "désespéré". "car on essaie de faire de la répression, de la pédagogie et de l’information dans les collèges et lycées, mais la situation continue à se détériorer. Pieds sur la banquette, gens qui fument… il y a un vrai problème du vivre ensemble dans les transports en France." 

Lire et commenter