Soupçon d'intoxication alimentaire : comment la nourriture des Ehpad est-elle contrôlée ?

Population

Toute L'info sur

À la loupe

FAIT DIVERS - C'est un événement que les spécialistes qualifient de "rarissime". Dans la nuit de dimanche à lundi, cinq personnes sont mortes après avoir dîné, dans leur Ephad de la région de Toulouse. Les enquêteurs s'orientent vers une possible intoxication alimentaire. Un drame qui pose la question du contrôle de la nourriture dans ces structures.

Les premières constatations font clairement penser à une intoxication alimentaire. En tout, ce sont 22 pensionnaires de l'Ehpad "La Chêneraie" situé à Lherm qui ont été prises de violents vomissements, peu après avoir dîné, ce dimanche 31 mars. Parmi ces malades, cinq sont décédés entre ce dimanche soir et lundi matin. Le parquet de Toulouse a été saisi et fait savoir que des investigations "sont en cours pour déterminer l’origine de l'intoxication alimentaire présumée". 

L'enquête, menée par la section de recherches de Toulouse, doit notamment déterminer si les repas étaient préparés en interne ou apportés de l'extérieur. Selon les informations de LCI, les personnes malades ont ingéré un repas mixé, un haché bourguignon. Les pensionnaires ayant dîné de façon solide n'ont, elles, pas été malade. Ce qui pose la question de la préparation de ce repas mixé. 

Le dernier contrôle d'hygiène était conforme, selon la société Korian

Ce lundi, la société Korian, propriétaire de l'établissement précise dans un communiqué que les repas sont préparés "sur place" et non par un service extérieur. "L'établissement, qui fait partie du Groupe Oméga, repris par le groupe Korian le 18 février dernier, produit les repas sur place avec ses propres équipes de cuisine", indique le groupe, précisant qu'une "enquête interne" a été lancée. "Le dernier contrôle réglementaire d'hygiène périodique, réalisé par un bureau d’étude externe, avait eu lieu le 12 février 2019. Les résultats de ce contrôle étaient conformes", assure Korian, qui présente ses condoléances aux familles des résidents décédés.

Lire aussi

Pascal Champvert président de l'AD-PA, Association des directeurs au service des personnes âgées, explique sur LCI qu'il s'agit d' "un drame tout à fait exceptionnel". "Au cours des vingt dernières années, on n'a pas le souvenir de drame aussi important. Il devait y avoir un microbe ou une bactérie particulièrement virulente. On ne saura plus quand on examinera les plats témoins car, comme vous le savez, tout établissement est tenu de conserver des plats qui ont été servis dans la journée aux personnes âgées."

Les procédures sont extrêmement strictes, les vérifications régulières- Pascal Champvert

"La méthodologie est plutôt au point, parfois même excessive. Toutes les procédures, en l'espèce, ont-elles été bien appliquées ? (...) On en saura plus avec les résultats de l'enquête", poursuit le spécialiste, selon qui "les procédures sont extrêmement strictes" et "les vérifications régulières". Il se veut d'ailleurs rassurant sur "la chaîne de vérification et de contrôle", qui est "extrêmement importante et 'sécure'". 

André Belloc, président de Restau'Co, un réseau interprofessionnel de restauration collective, explique quant à lui comment sont préparés les repas dans un Ehpad. "Soit cet établissement produisait sur place, ce qu'on appelle 'en direct', c'est-à-dire que les repas sont préparés le midi pour le repas du midi, le soir pour le repas du soir, soit  en 'liaison froide', à partir d'une cuisine centrale. A ce moment-là, le repas est livré d'un établissement agréé préparé le vendredi pour le dimanche."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter