"Stéréotypes de genre" : en quoi consiste la charte destinée à favoriser les jouets mixtes pour les enfants ?

Population

CONSOMMATION - L'exécutif a signé mardi une "charte d'engagements volontaires" à destination des fabricants et des magasins de jouets. L'objectif du document est de promouvoir une répartition plus mixte des jouets, afin de permettre aux filles de se projeter dans des carrières où elles sont sous-représentées.

Fini le rose et les poupées pour les filles, le bleu et les voitures pour les garçons. Pour lutter contre les "stéréotypes de genre", le gouvernement a signé mardi une "charte d'engagements volontaires pour une représentation mixte des jouets" avec plusieurs acteurs de la filière. Un document qui liste "34 engagements volontaires portant sur l'ensemble des aspects de la vie du jouet, de la conception à la mise en rayon, en passant par la publicité", selon un communiqué des secrétaires d'Etat Agnès Pannier-Runacher (Economie) et Adrien Taquet (Solidarités et Santé).

Dans cette charte, les acteurs du secteur, fédérations de distributeurs, de fabricants et associations, s'engagent à "promouvoir la mixité entre filles et garçons" et à "lutter contre les préjugés de genre, les stéréotypes et les biais inconscients afin de faire progresser la présence des femmes dans la science".

"On cherche à travailler sur la création de nouveaux jouets, la façon dont on en parle dans les annonces et la façon dont on les vend", a précisé lors d'une conférence de presse Agnès Pannier-Runacher. La secrétaire d'Etat a invoqué un "constat économique", rappelant que les secteurs de l'industrie et de l'ingénierie ne comptent que 30% de femmes alors que ces dernières sont majoritaires dans l'obtention d'un baccalauréat scientifique. 

Lire aussi

"Héros" et "princesses", des notions trop "exclusives"

"C'est par ce type d'actions que nous renforcerons à terme la présence des femmes dans les carrières scientifiques en général, de l'industrie en particulier", a assuré la secrétaire d'Etat. La charte s'appuie sur un rapport d'information des députés Céline Calvez (LaREM) et Stéphane Viry (LR) sur "les femmes et les sciences" qui recommandait notamment "d'inciter à la représentation mixte pour les jouets comportant une forte dimension scientifique et concourant ainsi à susciter des vocations".

Concrètement, fabricants et distributeurs s'engagent à supprimer la catégorisation "jouets filles" et "jouets garçons" dans les catalogues, à faire disparaître les rayons séparés, marqués par des univers rose ou bleu, dans les magasins... Voire à en finir avec les formulations "exclusivement masculines ou féminines, par exemple les 'héros' ou les 'princesses'". 

La charte prévoit également des modules de formation pour les vendeurs, afin que ces derniers apprennent à éviter les "stéréotypes de genre" et remplacent la question suivante - "C'est pour une fille ou pour un garçon ?" - par celle-ci : "Qu'est-ce qu'aime l'enfant ?" 

Les représentants du gouvernement ont prévu de se voir dans six mois pour faire le point sur ces engagements. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter