Sur le chantier de Notre-Dame, une grue géante pour démonter l’échafaudage soudé autour de la cathédrale

Notre-Dame : le chantier dans sa phase critique
Population

Toute L'info sur

Incendie à Notre-Dame : un symbole de Paris dévasté par le feu

EN CHANTIER - Huit mois après l'incendie, une grue géante surplombe la cathédrale Notre-Dame de Paris. Haute de 80 mètres, elle doit permettre de démonter l'échafaudage métallique qui menace la voûte du monument depuis le 15 avril.

Touristes et promeneurs ne peuvent pas la rater. Alors que le chantier de Notre-Dame de Paris ne prend pas de congé, une grue géante veille sur la cathédrale. Huit mois après l’incendie qui a ravagé ce monument historique, l'engin, arrivé lundi 16 décembre en pièces détachées, doit permettre de sécuriser le chantier, toujours en "urgence absolue". 

Voir aussi

Démonter 250 tonnes de métal fondu

La mission de cet énorme bras jaune ? Démonter l'échafaudage XXL qui devait servir à restaurer la flèche de Notre-Dame de Paris et qui s’est écroulée lors du violent incendie. Sauf que le 15 avril dernier, cette armature, composée de 10.000 tubes de métal et pesant près de 250 tonnes au total, s’est transformée en piège. La structure métallique s’est déformée, fondue par les flammes puis re-soudée après le refroidissement. Désormais, elle ressemble à une grande toile d’araignée à ciel ouvert et menace la voûte et l'équilibre de ce joyau de l’art gothique. 

Cette mission, longue de six mois, a déjà débuté par le ceinturage de l’échafaudage. Réalisé aux deux tiers grâce à des poutres métalliques, il doit encore être installé sur la partie supérieure de l'édifice, à l’aide de cette grue. Parallèlement, un deuxième échafaudage s’installe sur la cathédrale vieille de huit siècles. De part et d’autre de l’ancien, il devrait permettre, à partir de poutrelles équipées de rails, de découper les tubes métalliques fondus. Le démontage, qui durera plusieurs mois, pourrait commencer en février. 

L'une des plus grandes grues d'Europe

 C’est l'opération la plus délicate et complexe de tout ce chantier. Alors, rien n’est laissé au hasard et tout a été prévu dans les moindres détails. A commencer par l’installation même de l’appareil. Cette immense girafe, fabriquée rien que pour l’occasion, et fournit à titre gratuit selon le site du constructeur, est la plus grande grue à tour de son genre d'Europe et peut lever jusqu'à huit tonnes. Arrivée le 16 décembre dans la nuit, à bord d'un convoi exceptionnel, elle a été fournie en pièces détachées accompagnée de 40 camions d’équipements. Il a fallu deux autres grues, mobiles, pour la décharger. Il a ensuite fallu la souder pour l'arrimer solidement au sol. Le lendemain, c’est le poste de transformation électrique qui a été débarqué d'une barge. Indispensable, il permettra d’alimenter les installations. Enfin, ce lundi doit être installé un ascenseur. La grue est désormais en train d'être assemblée et culminera à 80 mètres, soit plus que la hauteur de la cathédrale elle-même. Enfin prête, il faudra attendre un contrôle rigoureux avant son entrée en action.

Voir aussi

Un chantier d’ampleur qui empêchera toute festivité dans la cathédrale. Car, conformément au vœu du président Emmanuel Macron de restaurer le monument en cinq ans, il n'y a pas de trêve pour les fêtes de fin d'années. Alors, pour la première fois depuis plus de deux siècles, Notre-Dame restera silencieuse à Noël.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent