"Tout s'est brisé en quelques heures" : le fils des retraités emportés par la Vésubie témoigne

"Tout s'est brisé en quelques heures" : le fils des retraités emportés par la Vésubie témoigne

TÉMOIGNAGE - Emportés par une Vésubie déchaînée après le passage de la tempête Alex, Léopold et Josette sont toujours portés disparus. Interrogé par "Nice Matin", leur fils Eric raconte avec émotion ce drame et l'histoire de ce couple de retraités.

"Mes parents sont portés disparus, mais je sais que c’est fini. Ils sont morts". Le coeur brisé, Eric crie sa détresse. Dans ce qui ressemblait à un samedi comme un autre, ses parents ont disparu. Emportés par la fureur des flots dans la Vésubie dans leur maison de toujours, Josette et Léopold ont disparu. Devant l'ampleur de la catastrophe, Eric est dévasté. Dans les colonnes de Nice Matin, il revient sur ce drame, lui qui s'est entretenu au téléphone avec sa mère vendredi dernier. "Vendredi après-midi, j’ai eu ma mère au téléphone tous les quarts d’heure. Vers 15h30, elle m’a dit : Eric, c’est catastrophique ! L’eau monte sur le chemin. On se sent en danger", raconte t-il, précisant que le couple préparait son prompt départ de Roquebillière. Après 17 h 17, "plus rien"

Les secours arriveront trop tard pour sauver les hôtes d'une maison fracassée par la colère des éléments. Pour autant, le fils endeuillé tient à démentir la thèse selon laquelle ses parents "n’ont pas voulu quitter la maison. C’est faux". "Ils n’étaient pas suicidaires. Ils ont juste mis trop de temps à évaluer la situation et à préparer leurs affaires. Ils ont dû vouloir sauver certains papiers. Ce temps leur a été fatal", ajoute-t-il.

Toute l'info sur

Tempête Alex : la désolation dans les Alpes-Maritimes

Tempête Alex dans les Alpes-Maritimes : recherches, bilan... les dernières infos

"Ils sont partis ensemble après une longue vie d’amour"

L'histoire de Léopold et Josette est aussi celle d'une idylle que le temps n'aura jamais su contrarier. "Ils sont partis ensemble après une longue vie d’amour", témoigne dans Nice Matin Eric Borello. 

Il souligne aussi la place particulière qu'avait cette petite maison dans l'histoire de ce couple. Ils avaient acheté ce terrain à Roquebillière en 1968, renouant avec les racines de Léopold - son père ayant trouvé refuge dans le village durant la guerre. La maison est sortie de terre au début des années 70. "C’était l’accomplissement de leur vie. C’est mon papa qui a fait les fondations. Ensemble, ils ont fait les finitions. C’étaient des gens de peu. Chaque sou allait dans la maison", se rappelle Eric avec émotion. La gorge serré, il se désole : "Tout s’est brisé en quelques heures. Il n’y aura plus de Noël, plus de grandes tables, de repas de famille"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Jackpot record de l'Euromillions : ces gagnants pour qui la chance a (très mal) tourné

11% des Français déjà infectés par le Covid-19 : quelles sont les régions les plus touchées ?

EN DIRECT - Loi "Sécurité globale" : 52.350 manifestants en France dont 5.000 à Paris, selon l'Intérieur

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

Lire et commenter