TER : mauvais état des infrastructures, réseau ferré "fortement dégradé"... la Cour des comptes dresse un bilan sévère

TER : mauvais état des infrastructures, réseau ferré "fortement dégradé"... la Cour des comptes dresse un bilan sévère
Population

Toute L'info sur

Le 20h

TRANSPORTS - Quelques jours après l'accident de TER à l'origine de la grève des cheminots, la Cour des comptes a publié un rapport sévère sur ce mode de transport. La qualité de service des trains régionaux est jugée "insuffisante".

Dans un rapport dévoilé ce mercredi, la Cour des comptes pointent du doigt que les trains régionaux coûtent très chers à la collectivité, plus de huit milliards d'euros par an. Selon institution, le service aux usagers "se dégrade", en vue de l'ouverture à la concurrence en 2023.

Qu'en pensent les clients de ces TER ? Les reporters de TF1 leur ont posé la question entre les villes de Périgueux, en Dordogne, et Agen, dans le Lot-et-Garonne.

En vidéo

Service dégradé, qualité insuffisante : le rapport sévère de la Cour des comptes sur les TER

"C'est pas rare qu'il ait parfois une demi heure, une heure voire trois heures de retard quand ma fille vient de Paris", déplore un usager. Car la ligne est très dégradée. Ainsi, pour aller à Agen depuis Périgueux, il faut 2h30. Soit, 26 minutes supplémentaires qu'il y a dix ans. En tout, 50% des TER en circulations subissent des ralentissements. De quoi décourager certains à utiliser le train et impacter la fréquentation ainsi que l'argent engrangé par la vente de billets.

Et les travaux à entreprendre sont coûteux. "Sur Périgueux-Agen, il faudrait prévoir 150 millions d'euros de travaux pour la remettre en état, explique à TF1 Jean-François Martinet, président de l'association Périgord Rail Plus.

Voir aussi

Devenues autorités organisatrices de transports (AOT), les régions ont massivement investi dans le renouvellement du matériel roulant (3,3 milliards entre 2012 et 2017) et le réseau ferré régional, note la Cour des comptes dans son rapport. Mais ces dépenses accrues "se sont paradoxalement accompagnées d'une baisse de la fréquentation".

Mauvais état des infrastructures, réseau ferré "fortement dégradé"... la Cour pointe la responsabilité de SNCF Réseau sur la détérioration de la qualité du service. Celle-ci est marquée "depuis 2012 par un niveau trop élevé de suppressions de trains et une augmentation du nombre de trains en retard" par rapport aux moyennes européennes. "Certains chiffres avancés par la SNCF sur l'année 2019 sont plus positifs, mais tout cela doit pouvoir s'apprécier dans la durée", nuance toutefois le président de la Cour.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter