Trains bloqués dans le Sud-Ouest : comment une telle pagaille est-elle arrivée ?

Trains bloqués : que s'est-il passé ?
Population

SNCF - 2500 passagers ont été bloqués dans quatre TGV du réseau Sud-Ouest, dans la nuit de dimanche à lundi. Certains on mis plus de 20h à rejoindre Paris. A l'origine d'une telle pagaille : une série d'incidents techniques.

Quatre TGV immobilisés en rase campagne - dont la double rame d'un TGV transportant à elle seule un millier de voyageurs. Jusqu'à 20 heure d'attente. Des voyageurs coincés sans information, ni eau, ni nourriture, ni stock de masques en pleine pandémie, jusqu'au ravitaillement ce lundi matin. Le cauchemar qu'ont vécuau total 2500 voyageurs dans le sud-ouest de la France, partis de Dax, Bayonne, Hendaye ou Biarritz en direction de Paris a été causé par une succession d'incident mais, ce lundi après-midi, la SNCF peinait à en connaître toutes les causes. Que s'est-il passé ?

4 YGV bloqués, 2500 voyageurs impactés

4 TGV ont été bloqués : la double rame du TGV 8538 transportant un millier de voyageurs partis d'Hendaye pour normalement arriver à Paris dimanche à 16h20. Les passagers ont été bloqués toute la nuit, d'abord à Morcenx puis Ychoux, 50 km plus loin. Après un transbordement en pleine voie et en pleine nuit, ces voyageurs ont  pu repartir vers Paris où ils sont arrivés en fin de matinée. Deux autres trains, transportant 445 passagers, dont le 8546 prévu au départ d'Hendaye à 17h55 pour une arrivée à Paris-Montparnasse à 22h00, avaient  rebroussé chemin vers Hendaye où ils ont terminé leur nuit, et d'où les  autocars étaient repartis vers Bordeaux en fin de matinée.

Une suite d'incidents d'alimentation électrique

"Il s'agit d'un événement exceptionnel qui a créé un enchaînement d'incidents, et qui a abouti à un moment donné à l'interruption des circulations" a expliqué Jean-Luc Gary, Directeur territorial SNCF Reseau Nouvelle-Aquitaine. Interruption de la circulation à Dax d'abord, puis dans tout le secteur, les trains immobilisés empêchant ceux de derrière d'avancer, et ainsi de suite. "Même si quelques trains ont pu repartir, on a eu une succession d'incidents techniques qui ont mis les voyageurs dans une situation extrêmement difficile", reconnait le M. Gary. 

La cause précise de ces incidents reste néanmoins encore à éclaircir. "Sur quasiment l'ensemble du Sud Aquitaine, des événements se sont  reproduits et sont sans doute liés à la même cause. Ce qu'on ne sait pas à  cette heure, c'est qui a fait quoi, qui a créé quoi ?" Un élément de caténaire défectueux a été identifié à Orthez  (Pyrénées-Atlantiques), a encore précisé Jean-Luc Gary. Il a "endommagé la caténaire à  plusieurs endroits". "Est-ce un pentographe défectueux qui a arraché la caténaire ? Un élément défectueux de la caténaire qui pendait et est venu taper le pantographe et peut  ensuite endommager la caténaire en plusieurs endroits ?", s'est-il encore  interrogé. Tous les trains passés sur ces voies sont en train d'être expertisés pour comprendre l'origine précise de la panne.

Lire aussi

Voyageurs remboursés à 300%

 Le groupe dit "regretter vivement cette situation" durant laquelle "l’entreprise a tout mis en œuvre pour prendre en charge dans les meilleures conditions possibles les voyageurs des 4 TGV concernés : distribution d’eau et de plateaux repas, mise à disposition de masques chirurgicaux". Une distribution, selon les différents témoignages, qui n'a cependant eu lieu qu'au petit matin, après plus de dix heures d'immobilisation.

Pour les voyageurs ayant vécu les retards les plus importants, la SNCF a décidé de rembourser leurs billets à hauteur de 300 % "ainsi que tous les frais annexes qui auraient pu être engagés dans de pareilles circonstances", tels que les notes d’hôtels ou de taxis. Une décision prise en amont par Jean-Baptiste Djebbari, ministre chargé des Transports.

Le trafic reprendra mardi matin

Désormais la priorité, "c'est de faire circuler les trains le plus vite possible", assure encore Jean-Luc Gary. "On travaille à restituer les voies, à remettre en service tout le système, pour cela il faut faire une série de vérifications, qui démarreront ce lundi après-midi et prendront le temps qu'il faudra pour être surs que quand on remettra en route on n'aura pas de problèmes". La reprise de l'ensemble du service de la zone touchée "est envisagée pour demain".    La SNCF a annoncé le lancement d'une enquête interne mais "d'abord on travaille à rétablir et  remettre en service tout le système".

Trois TGV avaient pu se remettre à rouler et atteindre Montparnasse à la mi-journée lundi. Et "pour les 445 voyageurs acheminés à la gare de Hendaye durant la nuit, des cars ont été affrétés pour les conduire à Bordeaux où des places dans des TGV seront mis à leur disposition afin qu’ils puissent rejoindre Paris", indique la SNCF. 

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent