Transports en commun, télétravail : le confinement respecté selon de premières indications

Transports en commun, télétravail : le confinement respecté selon de premières indications

REMONTEES - Les premiers chiffres "attestent d'un respect du confinement" réimposé depuis vendredi 30 octobre dans toute la France, a déclaré Olivier Véran, assurant que le pays était désormais "armé pour combattre ce virus".

Moins d'une semaine après l'instauration d'un nouveau confinement sur l'ensemble du territoire national, les premières remontées de terrain sont de bon augure. "Les chiffres attestent d'un respect du confinement", s'est réjoui mardi 3 novembre le ministre de la Santé, Olivier Véran, s'appuyant sur l'exemple de la journée de lundi, jour de rentrée des vacances de la Toussaint. 

"Hier par exemple les chiffres de la RATP montraient qu'on était à moins 50% de voyageurs dans les rames de métro parisiennes le matin, on est même tombé à certains moments à 20 à 25% du nombre normal de clients prenant les transports en commun", a-t-il ajouté, interrogé sur RTL sur un possible durcissement des conditions du reconfinement national décrété par le président Emmanuel Macron.

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Lire aussi

"Les chiffres du télétravail attestent que les entreprises jouent le jeu et les salariés également", a-t-il précisé en outre. Et de poursuivre : "Par contre par rapport au premier confinement les gens emmènent leurs enfants à l'école, ils peuvent aller les chercher et peuvent aller travailler. C'est une différence notable |...] mais pour le reste, tout est mis en place pour pouvoir lutter contre l'épidémie".

"Nous aurons des données rapidement"

"Nous sommes armés pour combattre ce virus, nous l'avons battu une première fois et nous avons aussi l'expérience internationale : on sait ce qui ne marche pas dans certains pays," a poursuivi Olivier Véran, insistant sur le fait que la priorité était de "protéger les Français face à ce virus", et que le gouvernement "le fait avec rigueur et constance".

"Si nous respectons le confinement [...] nous arriverons à faire reculer le virus. Est-ce que ça prendra quelques semaines, est-ce que ça sera un peu plus court, un peu plus long ? Nous aurons des données rapidement", a-t-il poursuivi. "L'idée ce n'est pas de vivre des confinements-reconfinements-déconfinements", a poursuivi le ministre, alors que le Conseil scientifique a mis en garde sur la possibilité de "vagues successives" de résurgence du virus cet hiver. "L'idée c'est de vivre avec le virus, c'est-à-dire vivre le plus normalement possible avec un niveau le plus bas possible de circulation du virus".

"Mais par moments l'épidémie reprend. [...] Dans tous les pays qui nous entourent elle a repris au même moment. Et donc lorsqu'il y a une montée de l'épidémie il faut être capable de mettre des mesures coupe-feu et le reste du temps, il faut que nous restions extrêmement vigilants et prudents," a-t-il insisté.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le pass vaccinal remplace le pass sanitaire : tout ce qu'il faut savoir ce lundi

EN DIRECT - Covid-19 : contaminations et hospitalisations en hausse avant l'entrée en vigueur du pass vaccinal

Covid-19 : comment transformer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

VIDÉO - Valérie Pécresse sur TF1 : "Je veux que 95% des Français ne payent plus de droits de succession"

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 21 janvier

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.