Trump menace d'interdire TikTok, les "tiktokeurs" entre humour et consternation

TikTok interdit aux États-Unis ? C’est ce que souhaite @DonaldTrump qui invoque des raisons de sécurité nationale. Microsoft de son côté propose de racheter la branche américaine du réseau social chinois. Un soulagement pour les 123 millions d’utilisateurs américains de la plateforme. @tiktokfrance
Population

#RIPTIKTOK - Le président Donald Trump a annoncé qu'il souhaitait interdire TikTok aux Etats-Unis. Avec humour ou en pleurs, les "tiktokeurs" ont posté des réactions par milliers toute la journée. En voici quelques unes.

Sur TikTok, le hastag du jour donne le ton : #RIPTikTok. L'application préférée des ados est dans le viseur de l'administration de Donald Trump. Depuis quelques semaine déjà, elle laissait entendre qu'elle travaillait sur l'interdiction de Tik Tok aux Etats-Unis. Le président lui-même a déclaré qu'il allait agir pour l'interdire sur le sol américain sans préciser si ce souhait serait ou non suivi d'effet immédiat. Mais les intentions présidentielles ont suffi à déclencher une nuée de réactions sarcastiques, humoristiques... ou carrément déprimées. 

Lire aussi

En larme, en danse, ou en chanson, les "tiktokeurs" ont ainsi commencé à faire leur adieux, sans oublier bien sûr, de mentionner leur comptes Instagram ou Triller (l'alternative américaine de TikTok, beaucoup moins connues). 

Avec 1 milliard d'utilisateurs, dont 123 millions aux Etats-Unis. TikTok est le réseau social le plus téléchargé. Il a  connu notamment un pic d'adhésion avec la pandémie de coronavirus et le confinement. L'application étant surtout connue pour les défis de chorégraphies, on pourrait s'attendre donc à une armée de "tiktokeurs" en colère protestant (en dansant ?) devant la Maison Blanche. 

L'inquiétude a gagné les utilisateurs anonymes mais aussi les plus grandes stars du réseau social.  Parmi elles, la Top 1 de TikTok, Charli d’Amelio - phénomène expliqué ici par LCI - qui se demande alors si elle doit publier ses 1950 vidéos en attente avant qu'il soit trop tard.  Ou encore le chanteur Jason Derulo pour qui TikTok avait permit un come-back sur le devant de la scène. 

Sans la plateforme qui les a fait connaître, qu’adviendra-t-il des “stars” TikTok ?  

Adisson Rae, qui a connu un succès fulgurant sur l'appli ironise alors sur sa situation. La jeune fille qui avait été acceptée à l'Université de Louisiane, avait décliné pour se consacrer à TikTok. Pas de chance. 

Peut-être que si elle frappe assez fort, ils accepteront de la reprendre ? 

Génération Z VS Trump

Sur TikTok, la majorité des utilisateurs ont moins de 20 ans. La génération Z (née après 1996) et les millenials représentent plus de 60% des utilisateurs. Quand beaucoup s'amusent de voir cette relation intense mise à mal par Donald Trump, encore une fois par l'humour, d'autre prennent cette annonce plus à cœur."TikTok est notre club-house, et Trump l'a menacé", a déclaré à Bloomberg Yori Blacc, un utilisateur de TikTok âgé de 19 ans en Californie. 

Mais la génération Z s'est aussi énormément servi de TikTok comme plateforme de militantisme.  Black Lives Matter, communauté LGBTQ+, féminisme, ces sujets étaient défendu à bras-le-corps etc ... Et entre deux chorégraphies, la tendance Anti-Trump est souvent revenue. 

En vidéo

Les réactions des jeunes américains à la suppression de TikTok

C'est notamment via TikTok que plusieurs jeunes ont fait passer des messages anti- Trump. Fin juin, les places pour le meeting de Tusla avaient été réservées en masse sur le réseau social dans l'espoir... de vider la salle. D'autres utilisateurs avaient également appelé à mal noter l'application "Trump 2020" pour qu'elle ne soit pas dans les recommandations. Le président aurait-il plutôt une dent contre ces TikTokeurs militants ? Sur le réseau social, cette thèse était, samedi soir, largement partagée.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent