"Un  gamin, il vient, il vous embrasse sur la bouche" : indignation après les propos de l'abbé de La Morandais sur la pédocriminalité

Population
DirectLCI
CRIMES PEDOPHILES - Interrogé sur les scandales de pédocriminalité dans l'Eglise, le très médiatique abbé de La Morandais a estimé lundi sur LCI que les enfants "cherchaient spontanément la tendresse". "On a toujours l'impression qu'un viol, c'est de la violence. Au départ, je  ne crois pas". Des propos qui suscitent une vague d'indignation jusqu'à l'archevêque de Paris.

"Le gamin il va chercher... Vous avez tous observé qu'un  gamin, il vient, il vous embrasse sur la bouche". L'abbé de La Morandais a tenu lundi sur LCI des propos qui suscitent, depuis, une vague d'indignation considérable.  

Interrogé sur les nombreux scandales de pédo-criminalité dans l'Eglise, l'homme de 83 ans a affirmé que les enfants cherchaient "spontanément la tendresse." "Il faut de la prévention mais on ne sait pas comment s'y prendre", a-t-il lancé, expliquant que selon lui, le viol d'un mineur n'est pas "au départ" un "viol ou de la violence". Et d'ajouter que, d'après lui, l'enfant était en partie coupable. "Un enfant cherche spontanément de la tendresse d'un homme ou d'une femme (...) Et souvent ce sont des gamins en frustration de tendresse."  Alors qu'on lui oppose que la responsabilité est chez l'adulte, il répond:  "Bien entendu. Mais le gamin il va chercher... Vous avez tous observé qu'un  gamin, il vient, il vous embrasse sur la bouche", a-t-il continué.

 "Si, moi, j'ai vu ça", a-t-il persisté face aux dénégations des personnes sur le plateau.

"Je condamne fermement les propos de l'abbé de La Morandais"Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris

Les commentaires de l'homme de foi chrétienne, basés sur "les échos" qu'il a eu de "confidences", ne cessent, depuis, d'offusquer. Outre les nombreux commentaires de désapprobation de certains internautes sous la publication de l'émission Quotidien - qui a mis au jour d'autres propos de l'abbé Morandais -  des militants, des associations, des personnalités politiques et religieuses ont toutes dénoncé ces propos. 


"La pédocriminalité de l'Église excusée par le Père Morandais", écrit ainsi l'Association des Familles Homoparentales sur Twitter. Toujours sur ce réseau social, Juliette Méadel, ex Secrétaire d'État chargée de l'Aide aux victimes répond que "si l’enfant cherche la tendresse, l’adulte qui répond par un viol est juste un monstre". Et d'ajouter que l'Église doit prendre ses responsabilités : "Plutôt que ces abjectes justifications, demandez-donc pardon à tous les enfants victimes de prêtres pédophiles."

La séquence a également choqué au sein de la hiérarchie de l'Église française. L'archevêque de Paris a ainsi tenu à se désolidariser des propos de l'abbé en les condamnant "fermement". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter