Reconfinement général en décembre pour "sauver Noël" : Véran pas favorable à la proposition de deux prix Nobel

Reconfinement général en décembre pour "sauver Noël" : Véran pas favorable à la proposition de deux prix Nobel
Population

CORONAVIRUS - Dans une tribune publiée dans Le Monde, les prix Nobel d'économie 2019 Esther Duflo et Abhijit Banerjee proposent un reconfinement du 1er au 20 décembre afin d'éviter un pic de contaminations après les fêtes de fin d'année. Une proposition que le ministre de la Santé a exclu.

Se reconfiner pour pouvoir passer les fêtes de Noël avec ses proches ? C'est la proposition très sérieuse faite par les prix Nobel d'économie 2019 Esther Duflo et Abhijit Banerjee, dans une tribune publiée dans Le Monde ce samedi 26 septembre. D'après les deux intellectuels, "il faut décréter un confinement dans tout le territoire pour la période de l'Avent, disons du 1er au 20 décembre, en demandant aux familles de rester chez elles et de ne pas anticiper les vacances en se précipitant chez les grands-parents." "Les rassemblements familiaux, avec leurs longs moments de convivialité autour d'une table (sans parler des cantiques et des chansons à boire), sont malheureusement propices aux contaminations", s'inquiètent les deux experts. 

Pour étayer leur propos, ils s'appuient sur des exemples récents. "Aux États-Unis, les longs week-ends du Memorial Day fin mai et du 4 juillet, jour de l'indépendance, ont été suivis de pics de contaminations", notent-ils. "Si on ajoute à cela le refroidissement des températures, qui va ramener les soirées entre amis à l'intérieur à partir d'octobre, on s'expose à une augmentation de plus en plus rapide des cas à l'automne, et une recrudescence catastrophique de la maladie - et donc des hospitalisations et des décès - chez les personnes âgées après Noël. Leurs enfants et petits-enfants risquent, malheureusement, de les contaminer."

Lire aussi

Prendre, pour une fois, de l'avance sur le virus- Esther Duflo et Abhijit Banerjee, prix Nobel d'économie 2019

Dès lors, selon eux, la mesure radicale pour que les fêtes de fin d'année se déroulent sans accroc passe par un reconfinement. S'ils estiment que "le coût éducatif" d'une telle solution "serait très faible", avec la possibilité de faire des cours en ligne ou de "réduire la durée des vacances de la Toussaint d'une semaine et d'augmenter celles de Noël d'une semaine", les deux économistes reconnaissent que cela ne serait pas sans conséquences pour l'économie française. "Le coût (...) serait important, mais moins que d'avoir à annuler Noël ou qu'un reconfinement dans des circonstances bien pires quinze jours plus tard". En annonçant cette mesure maintenant, les Français pourraient, selon eux, anticiper, dès novembre, les achats de Noël.

Nous voulons que les Français puissent passer les fêtes en famille- Olivier Véran sur LCI

"C'est une solution qui a le mérite de prendre, pour une fois, de l'avance sur le virus, d'être claire, uniforme et transparente. Elle pourrait, de plus, être perçue comme le prix à payer pour une récompense immédiate, un effort collectif pour sauver Noël...", ajoutent les deux Nobel d'économie, pour qui il faudra prévoir une large politique de test, une fois le confinement levé. En agissant ainsi, Esther Duflo et Abhijit Banerjee souhaitent "éviter un reconfinement généralisé quand il sera déjà trop tard".

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Faut-il reconfiner avant les fêtes ? La théorie n'est pas au goût de tous. "Nous voulons que les Français puissent passer des fêtes en famille. Anticiper un confinement de 3 semaines (en décembre) me semble de l'ordre de la prédiction. Je ne me projette pas à deux mois pour faire des plans sur la comète", a réagi Olivier Véran sur LCI. Pour le virologue Vincent Enouf, la proposition des deux pris Nobel est aussi une fausse bonne idée : "Nous sommes nombreux à dire qu'il ne faut pas reconfiner pour des raisons sociales, économiques, etc... Il faut rester hyper flexible, que tout le monde prenne ses responsabilités et suivent les mesures pour vérifier si celles-ci provoquent un effet ou pas." Pierre Moscovici, premier président de la Cour des Comptes, juge qu'il est trop tôt pour envisager un tel scenario : "J'ai le plus grand respect pour les prix Nobel d'économie. Mais décider aujourd'hui un confinement en décembre pour 'sauver Noël'... comment dire ? Il faut surtout prendre les bonnes mesures, au bon moment, au bon endroit, pour sauver des vies, l'économie et le système éducatif."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : Macron et Darmanin à Bobigny cet après-midi

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - Covid-19 : des élèves français et leurs enseignants placés en quarantaine en Grèce

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent