Risque de "courtes" coupures de courant cet hiver en cas de grand froid, prévient Barbara Pompili

Risque de "courtes" coupures  de courant cet hiver en cas de grand froid, prévient Barbara Pompili

ELECTRICITÉ - L'épidémie de Covid ayant bouleversé le planning de la maintenance des réacteurs nucléaires, la ministre de la Transition écologique a prévenu jeudi 19 novembre des risques de "coupures très courtes" d'électricité cet hiver en cas de "grosses vagues de froid". De quoi provoquer l'ire de l'opposition, qui déplore la fermeture de la centrale de Fessenheim.

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a averti jeudi 19 novembre que des "coupures très courtes" d'électricité pouvaient être envisagées cet hiver en cas de "grosses vagues de froid". Elle a assuré toutefois qu'il n'y aurait pas de panne généralisée. 

"Si on a des moments de grosses vagues de froid, il va falloir faire de la régulation. Faire de la régulation, ça veut dire travailler avec les industries pour qu'elles puissent arrêter leur production à certains moments [...] Ça, c'est des contrats qu'on a avec des entreprises, avec des gros producteurs", a-t-elle affirmé sur BFMTV. "A l'extrême, on peut envisager des coupures très courtes", a-t-elle ajouté, assurant qu'"il n'y aura pas de blackout". 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Lire aussi

L'arrêt de certaines industries envisagé

Comment expliquer ces "petites coupures" ? Entre autres causes, la pandémie de Covid-19 qui a bousculé le planning de maintenance des réacteurs nucléaires au printemps. "D'habitude en été ou printemps, on arrête les centrales nucléaires pour l'entretien, pour remettre du combustible, toutes ces choses-là qu'on n'a pas pu faire correctement pendant le confinement", a expliqué la ministre. 

"Aujourd'hui, on a un problème avec cela et comme on a 70% de notre électricité qui est liée au nucléaire, quand on a un problème sur le nucléaire, derrière il faut gérer", a-t-elle poursuivi. "On a géré, on a travaillé avec EDF pour replanifier les arrêts des centrales pour pouvoir s'adapter à la demande", a-t-elle estimé.

Lire aussi

L'opposition dénonce la fermeture de Fessenheim

Cette situation est dénoncée ce jeudi par l'opposition critiquant la fermeture de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) et la fermeture progressive des centrales à charbon. "Nous avions prévenu les Français que la fermeture de la centrale de Fessenheim risquait d’entraîner des problèmes majeurs !" écrit Marine Le Pen sur Twitter. "Si c’est ça le progressisme, se chauffer au feu de bois et s’éclairer à la bougie, merci bien !" 

Même consternation pour Eric Ciotti (LR) : "La France, sixième puissance mondiale exposée à des coupures d’électricité cet hiver comme en Union soviétique !" écrit-il sur le réseau social. "Réponse de la ministre : trop de dépendance au nucléaire... que ce gouvernement réduit en fermant des centrales depuis 4 ans." 

Le gestionnaire du réseau RTE doit faire un point ce jeudi sur l'approvisionnement électrique pour l'hiver 2020-2021, mais il a déjà prévenu depuis longtemps que la "vigilance" serait de mise. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter