Un salarié du privé sur quatre n'a pas respecté son arrêt maladie en 2018

Population
DirectLCI
TRAVAIL - Selon une étude menée par l'Ifop, un salarié du privé sur quatre auquel le médecin a prescrit un arrêt maladie ne l'a pas respecté. Dans près de 40% des cas, ces maladies étaient liées... au travail.

Ils sont malades, mais se rendent tout de même au travail. Selon une étude sur l'absentéisme au travail publiée ce mercredi 28 novembre par Malakoff Médéric et réalisée par l'Ifop, près d'un salarié du privé sur quatre s'étant vu prescrire un arrêt maladie en 2018 y a renoncé de façon partielle ou totale. 


Selon cette étude, 42% des personnes interrogées dans le secteur du privé se sont vu prescrire un arrêt maladie au cours des douze derniers mois. Or parmi elles, 23% ont décidé de ne pas respecter leur arrêt maladie, contre 19% en 2016. Dans le détail, "8% des arrêts ont été pris mais pas en totalité, et 15% n'ont pas été pris du tout".

Un chiffre qui marque une "progression significative", a indiqué à l'AFP Anne-Sophie Godon, directrice Innovation au sein du groupe de protection sociale : deux ans plus tôt, seuls 12% des personnes interrogées n'avaient pas respecté du tout l'arrêt maladie prescrit.

Des maladies... parfois liées au travail

Ceux qui ne prennent pas complètement leur arrêt maladie sont à 48% des dirigeants salariés, à 22% des cadres. Un phénomène également marqué dans les secteurs de l'hôtellerie-restauration (30%) et du commerce (19%, contre 6% dans la banque-finance-assurance). Et les employés en télétravail n'échappent pas à la règle : parmi eux, 24% renoncent à leur arrêt maladie", relève encore la directrice. 

En vidéo

Pourquoi une telle hausse des arrêts maladie ?

Résultat : les salariés du privé qui n'ont pas respecté leur arrêt maladie en 2018 sont 45% à penser que cela a eu un impact sur leur productivité, 38% à estimer que cela a nui à la qualité de leur travail et 24% à juger que cela a allongé la durée de leur maladie. Autre enseignement de cette étude, moins de la moitié (39%) des arrêts maladie est liée, de près ou de loin, au contexte professionnel (troubles musculosquelettiques, psychologiques, ou encore épuisement), d'après les personnes interrogées.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter