Un tweet évoquant une fin de confinement entre mi-juin et fin juillet doit être pris avec d'énormes précautions

Le déconfinement n'est pas encore à l'ordre du jour, a prévenu le Premier ministre.

À LA LOUPE – Un scénario de déconfinement très pessimiste est abondamment relayé en ligne. Élaboré par un cabinet de conseil américain, il ne devait pourtant pas être diffusé au grand public. Les auteurs évoquent un document de travail et pas une prédiction stricte à relayer en masse.

Toujours enfermés chez eux malgré des températures plus que printanières, de nombreux Français commencent à trouver le temps long. L'une des principales questions qui se pose aujourd'hui porte donc logiquement sur la date à laquelle envisager un déconfinement de la population. Ces derniers jours, une période entre mi-juin et fin juillet a été présentée et relayée, sur la base d'un document réalisé par le cabinet de conseil américain Boston Consulting Group (BCG).

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Un internaute, qui a vu cette hypothèse évoquée sur une chaîne d'information, a partagé une capture de son écran, repartagée depuis plusieurs milliers de fois. Outre la période estimée du déconfinement, un autre élément est abordé : la date à laquelle la France devrait connaître le pic de l'épidémie. Le cabinet table ici sur la fin mai.

La fuite d'un document de travail

Ce scénario élaboré pour la France provient bien du cabinet américain, qui fait de même pour près de 20 pays différents. Mais celui-ci alerte : "il ne s’agit pas d’un point de vue ou d’une publication du BCG, mais d’un simple document de travail en cours d’élaboration", a-t-il indiqué, allant même jusqu'à publier un communiqué pour mettre en garde contre les reprises et l'utilisation de cette publication. 

Les premières pages sont d'ailleurs très claires, et mentionnent une version bêta, qui ne peut constituer "ni un guide médical ou de sécurité […] ni la recommandation d’une stratégie particulière" sur le plan sanitaire. Il est d'ailleurs précisé explicitement que ces scénarios ne sont pas conçus pour être diffusés publiquement.

Lire aussi

"En tant que cabinet de conseil en stratégie, nous travaillons souvent à l’élaboration de scénarios", a réagi BCG auprès de 20 Minutes. "Il s’agit d’hypothèses de travail (et non de prévisions) qui permettent aux entreprises de construire des stratégies d’adaptation dans des contextes de fortes incertitudes."

Prudence jusqu'au sommet de l'Etat

Sans surprise, les autorités sanitaires ne s'avancent pas et demeurent très prudentes quant à une éventuelle période de rupture du confinement. Edouard Philippe s'est dernièrement contenté d'indiquer que le confinement était "appelé à durer", laissant entendre qu'il serait très probablement prolongé au-delà du 15 avril. Ce qui ne signifie pas pour autant que des dates soient déjà arrêtées. La nomination de Jean Castex il y a quelques jours doit d'ailleurs permettre d'échafauder divers scénarios, sa mission étant de préparer au mieux le déconfinement.

Lire aussi

Autre élément à prendre avec des pincettes : la date estimée du pic de l'épidémie. En effet, la prévision de la fin mai effectuée par le BCG peut sembler très pessimiste, alors même que le nombre de personne en réanimation a connu une première baisse jeudi. Un temps estimé au 28/29 mars par le directeur général de la Santé, le pic n'est pas encore arrivé, a finalement observé Jérôme Salomon. 

Ce n'est pas surprenant : il est en effet très difficile de le prévoir avec précision, d'autant que l'on peut aussi observer un "plateau", avec une stagnation du nombre de nouveaux cas. Un pic ne doit enfin pas être vu comme un point de non-retour, puisque la rupture du confinement pourrait entraîner une recrudescence du nombre de cas, et donc de futurs pics à une échelle de plusieurs semaines. Toutes les hypothèses avancées sont donc sujettes à cautions, et ne doivent pas être prises pour argent comptant. 

En conclusion, il faut se montrer très prudent quant aux travaux du BCG, qui a communiqué à ses clients des analyses assez pessimistes sur la période du déconfinement. La rapidité avec laquelle évolue l'épidémie et les avertissements formulés par le cabinet de conseil lui-même sont autant d'éléments qui doivent inciter à la prudence, la situation pouvant changer de manière significative dans un court laps de temps.

En vidéo

Covid-19 : les chiffres relatifs au confinement des Français

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Haute autorité de santé recommande la vaccination des enfants fragiles

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Noël à Bordeaux : pas "d'arbre mort" mais un sapin de verre et d'acier

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.