Une commission sur les violences sexuelles faites aux enfants va être créée

Des jouets sont placés sur les marches du bâtiment du Congrès colombien pour protester contre la violence sexuelle contre les enfants le 20 novembre 2018.
Population

PEDOCRIMINALITE - Le secrétaire d'Etat chargé de l'Enfance et des Familles, Adrien Taquet, a annoncé dans les colonnes du "JDD" la mise en place d'une instance "indépendante" consacrée à la lutte contre "les violences sexuelles faites aux enfants".

"L'inceste est le dernier des tabous. La seule étude d'ampleur, réalisée aux États-Unis, a estimé que 6 % de la population américaine en avait été victime. Transposé à la France, cela correspondrait à 4 millions de personnes". Mieux traiter le problème des violences sexuelles sur les enfants est une priorité. Adrien Taquet, le secrétaire d'Etat chargé de l'Enfance et des Familles, l'a rappelé ce dimanche lors d'un entretien accordé au JDD : il "faut que nous affirmions clairement, en tant que société, que l'impunité des relations sexuelles avec les mineurs, c'est fini. 

Pour ce faire, il annonce notamment la création à l’automne prochain, lors des états généraux de la protection de l'enfance, d'une commission "indépendante sur les violences sexuelles faites aux enfants". Il précise qu'elle sera  "dotée d'un budget propre, sera composée de magistrats, de médecins, de psychologues et de sociologues". L'ancien député indique que cette institution "sera centrée pour l'essentiel sur le cercle familial, qui concentre 80 % des violences" afin de "mieux connaître le phénomène".  Elle s'inspirera de la commission Sauvé sur la pédocriminalité dans l'Église.

Lire aussi

Des réactions contrastées

Homayra Sellier, présidente de l’association Innocence en danger, a salué ces annonces sur FranceInfo. Elle se dit "très heureuse" et "très reconnaissante". Elle estime que la création de cette "'instance qui est très spécialisée dans la protection de l'enfance" va permettre de libérer la parole : "si les victimes savent qu'il y a une écoute, c'est évident qu'elles vont parler davantage." Me Marie Grimaud, avocate de cette même association estime de son côté qu'il s'agit d'une "annonce faite dans le vent". Acide, elle réclame d'"arrêter de faire de la commission [...] de parler de cela en petit comité" et d'"agir sur le terrain". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent