"Une faille préexistante" : le séisme du Teil est bien d’origine "naturelle", le rôle de la carrière "négligeable"

"Une faille préexistante" : le séisme du Teil est bien d’origine "naturelle", le rôle de la carrière "négligeable"

CONCLUSION - Un peu plus de cinq semaines après le fort séisme du Teil, la préfecture de l’Ardèche a indiqué ce mardi que l’origine de celui-ci était bel et bien d’origine ‘‘naturelle’’. Se basant sur une étude du CNRS, les responsables départementaux jugent également "négligeable" le rôle joué par une carrière de calcaire voisine.

Un temps envisagée par des scientifiques, la thèse du "séisme déclenché" - qui a pour origine une activité humaine - pour expliquer le tremblement de terre de magnitude 5,5 sur l’échelle de Richter qui a eu lieu le 11 novembre dernier au Teil, en Ardèche, est désormais écartée. Ce mardi, s’appuyant sur une étude du CNRS, la préfecture de l’Ardèche a en effet publié un communiqué dans lequel elle indique que l’origine du séisme est "naturelle" et que le rôle de la carrière de calcaire locale "apparaît donc négligeable".

"Selon le CNRS, le séisme du Teil et de ses environs du 11 novembre 2019 s’est produit à faible profondeur, essentiellement à moins de 1000 mètres, avec un mouvement de type montant/descendant sur un plan de faille, indique le communiqué. Toutes les indications relevées démontrent que celui-ci s’est produit sur une faille préexistante. Son origine est donc naturelle et causée par la pression entre les plaques. Il est possible que la couche marneuse épaisse puisse expliquer le nombre inhabituellement faible des répliques."

Pas de "séisme déclenché"

Un temps mise en cause et suspectée d’avoir provoqué le séisme, la carrière du Teil, appartenant au groupe cimentier Lafarge, est donc dédouanée : "Au final, le rôle que la carrière du Teil aurait pu avoir sur ce séisme apparaît donc négligeable", précise le même communiqué. Cette fois, pas de phénomène de "séisme déclenché" par une activité humaine alors que des forages de géothermie ont provoqué un tremblement de terre de magnitude 3,9 le 12 novembre du côté de Strasbourg.

En vidéo

Rentrée des classes particulière près du Teil, une semaine après le séisme

Malgré ces conclusions, et compte-tenu des nombreux bâtiments et maisons fragilisés par les secousses du 11 novembre, le préfet de l’Ardèche a décidé d’adapter les tirs de mines autorisés dans cette carrière "en limitant la vibration à 2 mm/s (soit 5 fois moins que la réglementation actuelle)." "Ce niveau de vibration permettra la reprise en toute sécurité de cette activité non loin des constructions fragilisées", affirme la préfecture ardéchoise.

Lire aussi

Alors que "deux sismographes supplémentaires" vont être "installés dans deux quartiers différents de la ville" afin de renforcer "le dispositif de surveillance existant", "la reprise des tirs se fera donc début janvier 2020 après information des élus", conclut la préfecture.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

Une voiture percute une terrasse de bar à Paris : un mort, six blessés 

Quatrième vague : jeunes, non-vaccinés, femmes enceintes... Quel est le profil des patients hospitalisés ?

EN DIRECT - JO de Tokyo : "Il n'y a aucun regret. Il y a cette médaille, c'est ce que je retiens", affirme Riner

Le ministre Alain Griset est convoqué au tribunal pour omission de déclaration de patrimoine

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.