Valentine, Eric et Benjamin, trois militaires en 1ère ligne face au Covid invités du 14-Juillet

Valentine, Eric et Benjamin, trois militaires en 1ère ligne face au Covid invités du 14-Juillet
Population

HOMMAGE - Ce 14 juillet ne sera pas tout à fait comme les autres : les militaires du service de santé des armées seront mis à l'honneur. En première ligne face au Covid-19, ils ont, eux aussi, été impliqués dans cette crise. Nous avons rencontré trois d'entre eux qui participeront mardi à la cérémonie, place de la Concorde et dans les airs.

Cette édition du 14 juillet a vocation à rendre hommage aux soignants et à saluer la participation des armées à la lutte contre le coronavirus au sein de l’opération Résilience. Ces trois militaires ont été en première ligne, face à la crise sanitaire, loin de leurs terrains d'opérations habituels. Valentine, Eric et Benjamin ont tous trois été appelés en renfort des personnels soignants civils, débordés par l'afflux de malades dans l'Est de la France ou à Mayotte.

Valentine appartient au 2e régiment de Dragons et la jeune femme est habituée aux opérations secrètes. Elle est spécialiste de la menace nucléaire, bactériologique, chimique et biologique. "On m'a appelée pendant que j'étais en permission. On m'a dit qu'il y avait une mission qui se montait, on m'a mise dessus. Je suis partie rapidement dans les Dom-Tom", dit-elle. Valentine a passé trois mois à désinfecter du matériel en transit entre La Réunion, Mayotte et la métropole. 

Une mobilisation de tous les instants pour ces militaires

Eric lui est pilote. Lorsqu'il apprend quelle sera sa mission, "à ce moment-là je me dis, je vais y aller. Je ne sais pas exactement comment ça va se passer. Mais il y a l'adrénaline qui monte", raconte le gradé. Il ne le sait pas encore mais l'image de cet A330 Phénix transformé en hôpital volant destiné aux transports de malades, se posant sur un tarmac sera l'un des symboles du début de la crise sanitaire, c'est la mission Morphée. 

Le lieutenant-colonel Eric est à bord et montre l'intérieur de l'avion : "Là, nous entrons dans la zone contaminée, où sont reçus les patients". Six malades du covid seront transférés en Allemagne, ce jour-là. Une première pour lui. "C'est l'inconnu. On se dit qu'il y a beaucoup de détails : comment cela va se passer pour patients ? Et s'il y a un souci en vol ? Comment va se passer l'atterrissage avec les Allemands ? Ont-ils les mêmes procédures et protocoles de débarquement ? (...) Je me suis dit, je fais quelque chose d'exceptionnel, c'est motivant", raconte le pilote. 

Pour Benjamin aussi, c'était une première. Cet infirmier militaire s'est retrouvé en première ligne, volontaire pour être  à Mulhouse, pendant quatre semaines dans cet hôpital de campagne, construit pour faire face à l'afflux de patients. Son quotidien habituellement, c'est la prise en charge de blessés de guerre. "C'était éprouvant physiquement, éprouvant mentalement. C'était pas simple, notamment au début sur les premiers jours", se souvient ce jeune infirmier.

Lire aussi

Toute l'info sur

Le 20h

Valentine  est très fière de cette mission : "Je me suis sentie utile, j'ai apporté de l'aide, j'ai apporté des connaissances sur une spécialité que je maîtrise, des connaissances sur un milieu qu'on est peu nombreux à faire en France et dont on avait besoin à ce moment-là", dit-elle. Benjamin lui, ne pensait pas que sa première mission se déroulerait dans l'Hexagone. "C'est aussi dynamisant d'avoir pu prendre en charge la population française qui en avait besoin à l'instant T (...) Cela booste, ça rend fier", dit-il. Eric lui, a le sentiment, sans doute à juste titre "d'avoir sauvé des vies". Demain, tous trois prendront par au défilé du 14-Juillet. Une première pour Valentine, comme pour Benjamin. Sur la place de la Concorde, tous deux n'auront qu'à lever le nez pour apercevoir l'A330 Phénix d'Eric qui, lui aussi, défilera, mais dans les airs. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent