48h en immersion avec les commandos parachutistes

48h en immersion avec les commandos parachutistes

COMMANDOS - Ils font partie de l'élite de l'armée française, des hommes de l'ombre toujours prêts pour les missions les plus périlleuses. Nous les avons suivis en entraînement près d'Orléans. Ils sautent en parachute comme nous prenons le métro, sont entraînés, précis et font preuve d'une grande humilité.

Pour ces militaires, faire partie de l'élite rime avec humilité et travail acharné. Ces militaires font partie des meilleurs éléments de l'armée françaises, ils opèrent sur des terrains de guerre, comme au Sahel ou au Moyen-Orient. Rien n'est laissé au hasard, pour ces hommes qui s'entraînent à sauter en parachute et tirer avec précision sur des cibles très précises.  Nous avons pu suivre l'entraînement des commandos parachutistes près d'Orléans. 

Ces hommes font partie des forces spéciales de l'armée de l'Air, au sein du CPA 10, "une unité des forces spéciales de l’Armée de l’air, spécialisé dans la libération d’otages, la neutralisation d’insurgés, la capture de chefs terroristes, le renseignement à fin d’action ainsi que la formation et l’accompagnement au combat des forces spéciales étrangères alliées", indique le site de la défense. 

Toute l'info sur

LE WE 20H

L'atterrissage est discret. Aucun bruit ne se fait entendre. Tous feux éteints, l'avion se pose, dépose des hommes lourdement équipés, qui repart, comme si de rien n'était. Ces hommes, prêts à se fondre dans la nuit, ont un équipement qui leur permet de voir "comme en plein jour". L'objectif ? "créer l'effet de surprise. S'insérer pendant que l'ennemi est vulnérable !" Vous ne verrez pas leurs visages, question de sécurité. 

Leur quotidien est fait d’entraînements, périlleux et précis. Ils sautent en parachute à 8000 m d'altitude comme nous prenons le métro ou allons nous promener en vélo. C'est la particularité de ces forces spéciales : s'infiltrer dans les lignes ennemis par les airs. "On ne se pose pas à proximité immédiate d'une zone d'action. On est plusieurs kilomètres, on a encore une infiltration pédestre à faire (…) souvent on veut faire nos opérations de nuit, donc faut qu'on soit sur l'objectif avant le lever du jour", dit l'un deux. 

Autre exercice, autre situation : derrière cette porte, des otages et des terroristes. L'enjeu ? Trouver en un quart de seconde la menace armée et faire plus vite que l'ennemi. Selon eux, "cela se joue à la micro-seconde (...) Le but, c'est de faire une action flash, par un tir rapide et précis (...) on n'a pas le droit à l'erreur, surtout dans certaines spécialités comme la libération d'otages avec le tir sélectif". Pour blesser ou neutraliser, selon le terme adéquat, tout doit être précis, calculé, automatique et impeccable. 

Le "Bidou", le benjamin de l'équipe est garant de la tradition

Mais n'allez pas croire que vous avez à faire avec des brutes épaisses juste capables de sauter en parachute et de soulever de la fonte. Leur force, c'est un mental d'acier avec une condition physique remarquable. "Le plus important, c'est dans la tête. 80% dans la tête, et le reste dans le corps. Donc l'important, c'est d'avoir un moral d'acier et le reste suit. L'ennemi, lui, s'adapte en permanence en permanence. Il faut qu'on soit plus rusé, plus malin qu'ennemi", nous explique l'un d'entre eux. 

Le secret de leur efficacité repose donc sur un mental d'acier, une condition physique impeccable mais pas seulement. La cohésion de groupe fait aussi leur force. Ils travaillent par groupe de dix hommes ensembles, et cela durant des années". Ils voient leurs coéquipiers bien plus de temps que leur famille. Aujourd'hui, ils fêtent l'arrivée du dernier intégré dans l'unité. 

On l'appelle le "bidou". 

Son rôle ? "C'est celui qui va être le garant de tout ce qui est tradition au niveau du groupe action : fêter les anniversaires, les petit-déjeuner. Tout ce qui amène un peu de convivialité dans le groupe", explique un militaire. Le benjamin de l'équipe a donc une certaine pression et un rôle important dans le groupe. Il doit aussi emmener la mascotte de son groupe, une peluche, dans toutes ses activités. Le bidou de l'unité en rigole d'ailleurs : "elle est plus vieille que moi ! Elle est plus médaillée, et a vu plus de missions que moi". 

Lire aussi

Il n'y a pas de super-héros- Sergent-chef Sanna

Grâce à cette cohésion, la respiration de chacun devient collective, dans le groupe. Il faut se comprendre sans parler, se protéger les uns les autres et s'entraîner, beaucoup. Au prix parfois, de familles un peu mises à l'écart. "Même quand on est en France, on est là sans être là. Donc, c'est vrai que les familles le subissent vraiment. Quand on part, on est tous sur des missions où on sait qu'il peut arriver des choses. Et ça s'est vu encore dernièrement. Ça reste des sacrifices. On en est conscient, mais on fait notre métier, on l'aime et on le fait au maximum", explique le sergent-chef Sanna. 

Si leur quotidien et leur métier les apparentent souvent à des super-héros, eux, font preuve d'une humilité certaine. "J'aimerais bien être un surhomme, mais malheureusement, on est des hommes et des hommes comme tout le monde. Juste pour mes enfants, je suis un super-héros, ça suffit largement, mais c'est tout. Sinon il n'y a pas de super-héros", sourit le sergent-chef Sanna. 

Depuis notre tournage, certains de ces hommes, de ces pères de famille sont partis en opération au Sahel pour plus de 4 mois. Dans ces unités d'élite, la formation est complète. On y apprend le maniement des armes, les techniques de combat, celles d'autodéfense et le saut aéroporté à grande hauteur. Leurs terrains d'opérations sont secrets mais l'on sait qu'ils sont projetés dans des zones comme le Sahel ou le Levant. Le CPA 10 a été créé en 1956 et au cours des dernières années, leur savoir-faire a été utilisé sur des terrains comme l'Afghanistan, ou encore au Mali dans le cadre des opérations Barkhane et Serval. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Covid-19 : l'anxiété des Français atteint un niveau proche de celui du premier confinement

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

EN DIRECT - Covid-19 : une soixantaine de manifestations contre le pass sanitaire ce samedi

Grève à la SNCF : 8 trains sur 10 sur la ligne TGV Atlantique ce samedi

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.