VIDEO - 75ème anniversaire du Débarquement : le jour où la météo a failli faire capoter le D-Day

Population

Toute L'info sur

75 ans du D-DAY

HISTOIRE - Le 4 juin 1944, les Alliés étaient prêts à débarquer. Mais une dégradation météo oblige Eisenhower à reporter les opérations... jusqu'au feu vert de James Stagg, le chef météorologue du QG britannique. On revient sur ce moment crucial.

Et si le Débarquement n’avait pas eu lieu à cause de la météo ? A l’heure où la France commémore le D-Day, LCI revient sur une histoire dans l’Histoire : celle de James Stagg.

C’est grâce à ce colonel dans l'aviation et chef météorologue au quartier général britannique que le coup d’envoi des grandes manœuvres a été donné. Retour en arrière : le principe de l'ouverture d'un nouveau front avec un débarquement sur les côtes nord-ouest de l'Europe a été décidé par les Alliés à la conférence de Casablanca en janvier 1943. Au printemps 1943, la date est fixée à mai 1944. En août, les côtes bas-normandes sont choisies. Plus éloignées de l'Angleterre que celles du Pas-de-Calais, elles sont en effet moins bien protégées et les Alliés pourront miser sur l'effet de surprise. Mais les préparatifs prennent du temps : l’opération est repoussée d’un mois.

Lire aussi

Une accalmie de 36 heures

Le général américain Eisenhower, qui a reçu le commandement en chef de l'opération Overlord pour libérer l'Ouest de l'Europe, accorde alors une importance particulière à la météo. Et pour cause, l’homme avait déjà orchestré les débarquements en Afrique du Nord (novembre 1942) et en Sicile (juillet 1943). Pour cela, il charge le colonel James Stagg de la coordination des équipes de prévisionnistes. Ces dernières sont composées des services météorologiques alliés civil (British Meteorological Office) et militaires (US Army Air Forces et Admiralty Weather Office). 

La feuille de route de James Stagg est tout sauf simple : trouver une date à laquelle il y a la pleine lune, peu de nuages, un vent faible (pour les parachutages), peu de vagues (pour le débarquement du matériel et des hommes). En outre, il faut que le débarquement se déroule à l'aube, avec une marée basse (pour apercevoir les obstacles et les mines des Allemands). En mai, le général Eisenhower espère pouvoir débarquer en Normandie au 5 juin 1944. À la fin du mois de mai, les forces alliées installent un PC météorologique à Portsmouth, au sud de l'Angleterre.

Le 4 juin, les Alliés sont prêts à débarquer le 5, comme prévu. Mais une dégradation météo se produit : cela oblige Eisenhower à reporter les opérations. Les navires tournent en rond au large de l’île de Wight, et la situation ne semble pas s’améliorer. Le temps est couvert et orageux, accompagné de beaucoup de vent… James Stagg en est pourtant convaincu : une accalmie arrive. S'appuyant sur les trois groupes de météorologistes, il convainc le général Eisenhower de reporter le Débarquement au lendemain. En effet, le 5, une fenêtre de 36 heures d'accalmie se présente. A 4H30, le futur président des Etats-Unis donne le top départ. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter