VIDÉO - Congé de trois mois pour les aidants : qui pourra en bénéficier ? Quelle indemnité ?

VIDÉO - Congé de trois mois pour les aidants : qui pourra en bénéficier ? Quelle indemnité ?
Population

SOCIAL - L'Assemblée nationale a approuvé vendredi à l'unanimité une mesure qui doit entrer en vigueur en octobre 2020. Celle-ci prévoit un congé de trois mois indemnisé pour les aidants qui soutiennent un proche âgé, malade ou handicapé.

Un congé pour les aidants qui soutiennent un proche : c’est la mesure adoptée vendredi soir par l’Assemblée nationale. Les députés ont voté cette disposition clé du projet de budget de la Sécurité sociale pour 2020, laquelle prévoit un congé de trois mois, fractionnable.

Ce congé de trois mois concerne les aidants salariés, travailleurs indépendants et agents publics. Il sera indemnisé à hauteur de 43 euros par jour pour le conjoint ou la conjointe de la personne aidée, à 52 euros pour l'aidant d'une personne isolée. Ce montant est similaire à celui pour le congé pour un enfant malade. La mesure coûtera 100 millions d'euros en année pleine. 

Lire aussi

8,3 millions de personnes en France aident un proche en perte d'autonomie

La ministre de la Santé Agnès Buzyn s'est dit "très fière de porter cette mesure", qui crée une "politique publique dédiée aux aidants". Mais "nous la portons avec humilité" car "elle ne peut répondre à toutes les situations", a-t-elle souligné.  L'ensemble des groupes politiques ont soutenu la mesure, notamment les socialistes qui avaient créé en 2016 lorsqu'ils étaient au pouvoir le congé du proche aidant, mais non indemnisé. Via un amendement du gouvernement, l'Assemblée a supprimé la condition d'ancienneté prévue d'un an dans l'entreprise pour le proche aidant concerné. 

Selon les chiffres officiels, 8,3 millions de personnes en France aident régulièrement un proche en perte d'autonomie. Près d'un sur deux est salarié, soit environ quatre millions de personnes. C’est pour soulager leur quotidien que le gouvernement planche actuellement sur un "premier" plan de mobilisation. Outre l'instauration d'un congé, le projet prévoit la mise en place d'un numéro téléphonique national de soutien, la création d'une plateforme numérique "Je réponds aux aidants" et de lieux "labellisés" pour les recevoir et les orienter vers un accompagnement.

La secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, Sophie Cluzel, a annoncé aussi la création en 2020 d'une "plateforme de répit" proposant des "solutions", par exemple des places dans des maisons de répit, et des initiatives de "relayage", où un professionnel passe plusieurs jours consécutifs au domicile de la personne aidée, ce qui permet à son proche de prendre du repos. Autre sujet majeur, celui des jeunes aidants, estimé à 500.000, pour lesquels une sensibilisation des personnels de l'Education nationale et un aménagement des rythmes d'étude sont prévus dans ce plan.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter