Coronavirus : et si les écoles ne rouvraient pas avant septembre ?

Coronavirus : et si les écoles ne rouvraient pas avant septembre ?
Population

EDUCATION - Alors qu'Emmanuel Macron devrait annoncer lundi soir une prolongation du confinement, qu'en sera-t-il du sort des écoles ? Une réouverture en septembre est-elle envisageable ? Le JT de 20H a posé la question aux élèves, aux parents et à un syndicat enseignant.

Le retour à la normale ne sera pas immédiat, c'est désormais une certitude. Pas question pas exemple de rouvrir aussitôt les écoles. Même si le ministre de l'Education avait dans un premier temps parlé de début mai, ce ne sera évidemment pas le cas. Du coup, toutes les options sont possibles, même une rentrée repoussée à septembre.

Pour Théo, élève en première STMG dans le Val-d'Oise, cette possibilité est sûrement la plus logique, mais cela ne le rassure guère : "On est assez inquiet surtout pour le bac car cela veut dire qu'on aura beaucoup de retard pour l'année de terminale, dit-il dans le JT de 20H. "L'oral de français ne va peut-être pas être passé, donc pour l'année de terminale ça va être compliqué pour le bac", ajoute-t-il.

Une reprise par étape

Toutefois l'hypothèse d'une reprise fin mai ou début juin, et jusqu'au 4 juillet, n'est pas encore totalement écartée, mais les syndicats d'enseignants sont dans le même état d'esprit que les élèves, et n'y croient pas tellement. "Quand bien même on reprendrait mi-mai ou fin mai, on n'en sait rien, cette reprise ne sera évidemment pas normale, et probablement qu'elle ne concernera pas tout le monde", estime ainsi Benoît Teste, secrétaire général de la Fédération de l'Education nationale (FSU).

Lire aussi

Selon le ministère, la reprise devrait en effet se faire par étape, peut-être même que certaines régions reprendront les cours avant d'autres. Et entre la maternelle et le lycée, il pourrait y avoir aussi des différences. Les élèves de terminale, par exemple, qui doivent passer le bac, sont plus à même de respecter les mesures barrières que les maternelles ou les primaires.

Examens en ligne pour les facs

Une perspective qui effraie les parents des plus jeunes qui se demandent comment ils vont pouvoir se substituer aux professeurs sur une durée aussi longue. "Imaginer 11 semaines comme les quatre dernières, ça paraît long. On n'est pas enseignant", témoigne ainsi Yasmine Biguenet, une maman de deux enfants de 5 et 9 ans. "On essaye de pallier mais on sait bien qu'on peut passer à côté de certains apprentissages et se dire qu'ils vont rater 11 semaines de leur scolarité, ça paraît compliqué", poursuit-elle.

Compliqué aussi pour les étudiants en université, des établissements autonomes où chacun doit choisir sa reprise des cours. Difficile donc de prendre une décision quand on ne sait pas quand le confinement prendra fin. "On ne sait pas comment ça va s'organiser et comment on va passer nos examens du second semestre, ainsi que nos rattrapages", reconnaît Tamou Ismail, un étudiant en master 1 à l'université de Saclay dans l'Essonne.

Lire aussi

Toute l'info sur

LE WE 20H

Au final, la plupart des universités devraient faire passer tous les examens en ligne. C'est par exemple la solution choisie par la fac de Nantes qui a d'ores et déjà annoncé à ses étudiants que les cours ne reprendraient pas avant septembre.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent