VIDEO - A Mayotte, seul département à rester confiné : "On nous dit de rester à la maison mais le problème, c'est qu'on ne peut pas !"

VIDEO - A Mayotte, seul département à rester confiné : "On nous dit de rester à la maison mais le problème, c'est qu'on ne peut pas !"
Population

PANDEMIE - Le gouvernement l'a acté jeudi 7 mai : le déconfinement aura lieu le 11 mai sur tout le territoire français... sauf à Mayotte. Les équipes de TF1 se sont rendues sur place pour un état des lieux.

"On nous dit de rester à la maison mais le problème, c'est qu'on ne peut pas ! On vit dans des conditions trop difficiles. Dès qu'on sort, on nous dit de rentrer. Mais ces gens ne comprennent pas qu'on n'a pas de quoi manger !" C'est le cri du cœur, le cri de colère, lancé par un habitant de Kaweni, le plus grand bidonville de France, situé sur les hauteurs de Mamoudzou, à Mayotte, dans le reportage consacré à l'île, diffusé dimanche 10 mai dans le JT de 20h de TF1.

Lundi 11 mai, tandis que l'ensemble des départements français commencera enfin à s'affranchir du confinement, y compris ceux classés en "zones rouges", le département ultramarin de l'océan Indien sera le seul de France à rester confiné. Les chiffres n'y sont pourtant pas plus impressionnants qu'ailleurs. Au contraire : selon le dernier bulletin publié ce dimanche par l'agence régionale de santé (ARS), la barre symbolique du millier de personnes atteintes par le Covid-19 y a certes été franchie, avec 1.023 cas officiellement recensés (contre 650 le dimanche précédent), mais avec 46 hospitalisations, dont neuf en réanimation, et onze décès à déplorer, l'île ne figure pas parmi les départements français les plus touchés.

Lire aussi

La crainte d'un "embrasement épidémique"

Ce qui n'a pas empêché le gouvernement d'annoncer vendredi 8 mai le prochain envoi à Mayotte de "moyens supplémentaires", dont un hôpital de campagne, du matériel et des personnels médicaux. La veille, en actant le maintien du confinement dans ce département, le Premier ministre, Edouard Philippe, a assuré que "le virus circule activement" sur place. C'est d'abord une affaire de proportion : rapporté à la population française, le nombre de cas positifs équivaut à plus de 242.000 personnes. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Surtout, l'ARS locale estime que le pic de l’épidémie est attendu autour du 20 mai. C'est, du reste, également une affaire de contexte : à cette situation explosive s’ajoutent les 3.600 cas de dengue recensés, avec pour l'heure déjà 16 décès répertoriés depuis le début de l’année, ainsi que des structures de santé particulièrement fragiles et une économie au bord de l'effondrement. La directrice de l’ARS de Mayotte, Dominique Voynet, l'affirme : "Nous sommes le département français qui a le plus de chances d'être confronté à un embrasement épidémique."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent