"Heureux d'avoir survécu" : guéris d'un Covid sévère, ils racontent leur difficile convalescence

"Heureux d'avoir survécu" : guéris d'un Covid sévère, ils racontent leur difficile convalescence
Population

RETOUR A LA VIE - Depuis le début de l'épidémie en France, 102.000 patients ont guéri du Covid-19. Parmi eux, Richard et Randy. Mais s'ils ont vaincu le virus, leur convalescence a été longue et difficile.

C’est l’un des rares chiffres rassurants dans l’avalanche de données quotidiennes sur le Covid-19 : celui des guérisons. Selon l'institut Statista, au 8 octobre, 102.000 patients ont guéri du coronavirus en France. Un retour à la vie d'avant qui, pour certains, a demandé du temps et beaucoup de patience. 

Pour eux désormais, plus question de perdre une seconde. C'est en tout cas le choix qu'a fait Richard Village, 57 ans, tombé malade l'hiver dernier. Sitôt sa sortie du coma, c'est dans le ciel qu'il a souhaité aller, là où la maladie ne l'a finalement pas entraîné : voler" en ULM était son premier désir post-réanimation. "C'est un vrai bonheur de me retrouver dans les airs, et de regarder les paysages, un coucher de soleil", dit-il. 

J'avais un poumon en moins, donc dès que je parlais deux minutes avec quelqu'un j'étais fatigué. De faire trois ou quatre pas, j'étais fatigué.- Richard Village

Il faut dire que Richard, comme beaucoup de patients atteints d'une forme sévère, revient de loin, comme le raconte sa femme dans la vidéo en tête de cet article : "Quand je l'ai vu partir avec les pompiers, j'ai vraiment cru que je ne le reverrai pas", se rappelle Véronique. Et après trois semaines d'hôpital et dix jours de coma, il a fallu tout réapprendre. 

"J'avais un poumon en moins, donc dès que je parlais deux minutes avec quelqu'un, j'étais fatigué. De faire trois ou quatre pas, j'étais fatigué. Petit à petit, je me suis dit que je n'allais jamais récupérer, que j'allais rester toujours comme ça. Rester handicapé, ça fait peur à tout le monde, du coup, ça m'a encouragé à forcer un peu sur la machine, et j'ai commencé à faire du bricolage chez moi, des travaux", relate celui qui s'était déjà confié face aux caméras de TF1 après sa sortie de l'hôpital.

En vidéo

Coronavirus : après avoir été placé en réanimation, Richard a pu rentrer chez lui et témoigne

Résultat, en six mois, il a fabriqué une cuisine extérieure, terrassé son jardin, et refait sa salle de bain. Une façon pour lui de reprendre la main sur son corps affaibli. Une renaissance qui inspire son épouse, déterminée à encore plus lui dire "qu'elle l'aime". "J'ai l'impression que je l'aime encore plus qu'avant. Je me rends compte que je tiens vraiment à lui, et que j'ai vraiment failli le perdre à un fil", avoue-t-elle, émue. 

Il fallait que je réapprenne les gestes du quotidien, c'est-à-dire pouvoir tenir une cuillère, pouvoir marcher.- Randy Bala Baya Yala

Pour Randy Bala Baya Yala aussi, ce retour à la vie n'est pas un retour en arrière, mais plutôt un aboutissement. "Quand j'ai repris mon travail, je me suis dit 'enfin, j'arrive au bout du tunnel après X temps d'absence. Je peux enfin remarcher, vivre une vie normale'. Ça m'a fait un bien fou", confie ce jeune homme de 31 ans.

Ce grand gaillard de 2 mètres, joueur de hand-ball semi-professionnel, marchait lui aussi sur un fil au plus fort de la maladie, à tel point que les médecins l'avaient cru condamné. "Je suis rentré à l'hôpital le 20 mars, après j'ai entamé trois semaines de coma artificiel. Il fallait que je réapprenne les gestes du quotidien, c'est-à-dire pouvoir tenir une cuillère, pouvoir marcher", se souvient-il. 

Mais quitter les soins intensifs n'était que la première étape d'une longue convalescence, que le 20H avait suivi en juin dernier, et d'une lente rééducation toujours en cours. Pesant 120 kg avant la maladie, il retombe à 100 kg et perd sa musculature. "C'est très difficile de pouvoir se voir à travers un miroir, et de se demander si ce corps là vous appartient", reconnaît-il. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face à l'ampleur de la deuxième vague

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Encore diminué, Randy a repris l'entrainement. Toutefois, tous ces efforts le laissent fatigué et essoufflé. Son entraîneur sait que le chemin va être long. "Ça va prendre du temps, il en est conscient", assure-t-il, tout en restant confiant en l'avenir : "Il va y arriver".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : suivez l'allocution d'Emmanuel Macron

"Vous avez un problème avec la République", vive altercation à l'Assemblée entre Blanquer et Mélenchon

Reconfinement : ce que l'on sait des pistes envisagées par l'exécutif

Les écoles et les collèges vont-ils rester ouverts en cas de reconfinement ?

REPLAY - Didier Raoult sur LCI : "Je ne suis pas Nostradamus"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent