VIDÉO - Coronavirus : les rapatriés de Wuhan sèment l'angoisse chez les habitants de Carry-le-Rouet

VIDÉO - Coronavirus : les rapatriés de Wuhan sèment l'angoisse chez les habitants de Carry-le-Rouet
Population

INQUIÉTUDE - Environ 200 personnes sans symptômes vont être placées en isolement dans un centre de vacances à Carry-le-Rouet dans les Bouches-du-Rhône. Selon le maire, les habitants de cette petite ville proche de Marseille "sont dans l'angoisse".

Le compte-à-rebours a commencé pour les rapatriés français de Wuhan en Chine, épicentre de l’épidémie causée par un nouveau coronavirus : ils doivent arriver en France vendredi à la mi-journée et seront mis à l’isolement 14 jours dans un centre de vacances à Carry-le-Rouet. 

De quoi susciter l'inquiétude voire l'angoisse chez les habitants de cette petite ville proche de Marseille. 

Interrogé par LCI, le maire Jean Montagnac regrette le manque d'information du gouvernement et parle de psychose : "Des habitants sont dans l'angoisse me disant : est-ce que c'est sûr qu'ils ne sont pas contaminés ?".

Lire aussi

Il déplore accessoirement d'avoir été informé par la presse du choix de sa ville pour accueillir les rapatriés de Chine durant les 14 jours de confinement obligatoires suivant leur arrivée en France, regrettant de ne pas avoir pu préparer la population à ces arrivées.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

En vidéo

Quel est le climat ce vendredi à Carry-Le-Rouet ?

Le maire se veut rassurant

Selon Jean Montagnac, également sollicité par AFP, "le préfet, puis le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, se sont ensuite excusés des circonstances de l'annonce." 

Le maire de cette ville de quelque 6.000 habitants située en bord de Méditerranée s'est toutefois voulu rassurant : "Je n'ai pas d'inquiétude car même s'il y avait quelqu'un qui soit contaminé et qu'on le sache pas, ils seront confinés dans un endroit inaccessible ou presque", a-t-il affirmé en faisant référence au centre de vacances choisi, autour duquel sont déjà déployées de forces de l'ordre.
  

"Je ne suis pas inquiet, ils ne vont pas aller à Carry se balader pour aller faire les boutiques ou manger les oursins dimanche", lors des fêtes appelées "oursinades", a-t-il ajouté.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le patronat accède à certaines demandes des syndicats sur le télétravail

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

Vers la fin de l’attestation de déplacement pour Noël ?

"L’eau ça mouille… " : quand Monoprix ridiculise les restrictions dans les rayons

Infox : non, la réforme des retraites n'a pas été adoptée !

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent