VIDÉO - On a retracé le parcours d'un masque de protection usagé

VIDÉO - On a retracé le parcours d'un masque de protection usagé
Population

PANDÉMIE - C'est une question qui vous a probablement traversé l'esprit : dans quelle bac à poubelle doit-on jeter son masque de protection, une fois qu'on l'a utilisé ? Et après, que devient-il ? Pour le savoir, une équipe de TF1 a retracé le parcours d'un masque usagé.

4 heures, c’est la durée de vie d’un masque protection à usage unique. Or, qui dit masque à usage unique, dit aussi déchet. Du fait la crise sanitaire du Covid-19, la France en consomme actuellement des millions chaque jour. Dans quel bac faut-il les glisser et qu'adviennent-ils par la suite ? Pour le savoir, une équipe de TF1 a suivi leur parcours, du ramassage à leur destruction. Par ailleurs, alors que l'usage de ce dispositif médical est amené à se généraliser, se pose aujourd'hui une autre question pour le moins cruciale : peut-il être recyclé ? Pour l'heure, si des initiatives existent, tout reste encore à faire.

Que doit-on faire de son masque ?

Bien que d’apparence en papier, ce dispositif médical n’entre pas dans cette catégorie de détritus ni dans celle des déchets recyclables. En l’absence d’une poubelle spécifique, celui-ci doit être placé dans le bac à ordures ménagères. 

Lire aussi

Comment le masque est-il collecté puis traité ?

A la différence des hôpitaux, où un protocole encadre la gestion des déchets, la collecte de ces masques usagés ne bénéficie pas d’une organisation particulière. Au moment du ramassage, ils sont mélangés avec tous les autres déchets, avant d’être incinérés dans un gigantesque four à 1000 °C. "Comme tous les déchets non recyclables, il n’y a pas de contact entre le masque et le salarié afin d’éviter toute contamination", explique Olivier Nectoux, directeur d’exploitation chez Svctom, à Issy-les-Moulineaux.

Ce dispositif médical peut-il être recyclé ?

Techniquement, c’est possible. Le mois dernier, l’entreprise Plaxtil, basée dans la Vienne, en a recyclé pas moins de 30.000. Une fois débarrassé de sa barrette métallique, il est broyé puis transformé en support de visière ou en boîte de rangement. "Tout un ensemble de pièces en plastique qui se trouve généralement dans une maison pourrait être fabriqué à partir de masques recyclés", affirme Jean-Marc Neveu, directeur et cofondateur de Plaxtil. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Malgré des initiatives, tout reste encore à faire pour mettre en place une filière de recyclage. Il y a pourtant un enjeu écologique, un masque jetable met environ 300 ans à se dégrader dans la nature. Annoncé dimanche 7 juin par l'ancienne secrétaire d’État à la Transition écologique Brune Poirson, un projet de décret prévoit ainsi d’augmenter de 68 à 135 € l’amende pour abandon de déchets sur la voie publique. Un durcissement qui arrive à point nommé face à la multiplication des masques de protection abandonnés dans les rues.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent