VIDÉO - Covid-19 : le tennisman Lucas Pouille surfe sur l'explosion du marché du gel hydroalcoolique

VIDÉO - Covid-19 : le tennisman Lucas Pouille surfe sur l'explosion du marché du gel hydroalcoolique
Population

PHENOMENE - En quelques semaines, le gel hydroalcoolique est devenu un incontournable du quotidien. Certains investisseurs se sont même mis à fabriquer des distributeurs. Parmi eux, une personnalité inattendue.

Ce sont généralement des rugbymen qui se trouvent en première ligne. Mais le tennisman Lucas Pouille a trouvé le moyen de s'y placer, dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19 : le 8e meilleur joueur français s'est associé avec un ami pour lancer, il y a deux semaines, Hygy, une marque de bornes de distribution sans contact de gel hydroalcoolique. "On en fabrique entre 1.000 et 1.500 par semaine, en fonction des modèles", indique-t-il à TF1, depuis l'usine de Vendôme (Loir-et-Cher).

Ce n'est pas le même univers que le tennis, mais ça fait une corde de plus à mon arc.- Lucas Pouille

Sur place, il fait la démonstration des produits : "Là, vous avez deux bornes 100% mécaniques, vous mettez le pied sur la pédale et voilà, ça tombe. Et ici, ce sont les bornes digitales (qu'on a pas besoin de toucher), avec des écrans qui permettent de faire passer les annonces gouvernementales. Le but, c'est de toucher un maximum de personnes, un maximum d'entreprises, voire des villes", explique encore le sportif de haut niveau, heureux d'avoir ainsi ajouté "une corde de plus à [son] arc".

Toute l'info sur

Les grands défis du déconfinement

Suivez les dernières informations sur le déconfinementLoisirs, billets de train... Faut-il craindre une flambée des prix avec le déconfinement ?

C'est que le marché est en pleine expansion, l'utilisation du gel hydroalcoolique étant recommandé à peu près partout : chaque entreprise, magasin ou restaurant devra en fournir, probablement pour plusieurs mois. Au point que, déjà, le recours aux petites bouteilles transportables est ancré dans les moeurs. "Pour moi, c'est comme une drogue", confie à TF1, en plaisantant, une usagère. Les commandes explosent, en conséquence, pour les entreprises françaises, qui fournissent le territoire et exportent même à l'étranger. Une partie des bénéfices d'Hogy est reversée à la fondation Hôpitaux de France.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent