"Restons ouverts" : troisième soir de mobilisation à Paris contre la fermeture des bars et restaurants

"Restons ouverts" : troisième soir de mobilisation à Paris contre la fermeture des bars et restaurants

COLÈRE - Alors que Jean Castex doit rencontrer ce jeudi les maires de plusieurs grandes villes, dont Paris, pour discuter de possibles adaptations des mesures de restriction en place contre l’épidémie de Covid-19, les patrons des bars, restaurants, discothèques, continuent de protester contre les fermetures, partielles ou totales selon les cas, qui leur sont imposées.

Pour le troisième soir de suite à Paris, des patrons de bars et restaurants ont manifesté mercredi 30 septembre après 22 heures, contre la fermeture anticipée des bars décidée par le gouvernement pour lutter contre la propagation du coronavirus. Paris étant en alerte renforcée mais pas en alerte maximale, contrairement à Marseille, la fermeture n’est pas totale, et les restaurants ne sont pas concernés, mais les restaurateurs craignent que leur tour ne finisse par arriver : "Bientôt ça va être les restaurants", anticipe ainsi David Zenouda, fondateur du mouvement "Restons ouverts". 

Celui-ci pointe du doigt une situation "dramatique pour la profession", déjà lourdement touchée par le confinement. "Ça fait six mois que la situation est extrêmement délicate pour nous. On a absolument besoin que nos établissements puissent rouvrir, parce que le chômage partiel c’est bien, mais j’aurais préféré payer l’urssaf, j’aurais préféré payer la TVA, moi ce dont j’ai besoin c’est de travailler", dit-il. "L’argent qu’on va nous donner, j’aurais préféré que le gouvernement s’en serve pour ouvrir des lits [d’hôpital]. On est près d’une seconde vague comme on nous le dit depuis des semaines, il faut la préparer", ajoute-t-il.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Lire aussi

Même colère à Lille et à Marseille

Dès le lendemain des annonces des nouvelles restrictions par Olivier Véran, une centaine de gérants de bars et restaurants s’étaient déjà réunis jeudi 24 septembre pour jeter les clés de leur établissement devant la mairie du 11e arrondissement, une action symbolique pour exprimer leur colère. Une colère présente dans d’autres villes de France, comme Lille où des rassemblements ont aussi eu lieu, et bien sûr Marseille, où un recours contre la fermeture totale des bars et restaurants a été rejeté par la justice ce mercredi.

Outre les pertes économiques engendrées par les fermetures, les professionnels de la restauration dénoncent la "stigmatisation" dont ils sont victimes, en étant pointés du doigt comme potentiels responsables de contaminations. Or jusqu’ici, peu d’études ont clairement établi un lien entre les contaminations Covid et les restaurants.

Jeudi, l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) a lancé un "appel à la mobilisation générale", en demandant aux patrons de restaurants, cafés, bars et discothèques, ainsi qu’aux traiteurs, de "faire du bruit" chaque vendredi pour protester contre le "deuil" de leurs métiers, "aussi longtemps que nécessaire".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pass vaccinal : la fleur faite aux non-vaccinés

Covid-19 : 525.527 cas positifs en 24 heures, nouveau record de contaminations en France

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 20 janvier

Covid-19 : la nouvelle hausse des contaminations en France provoquée par le BA.2, un sous-variant d'Omicron ?

EN DIRECT - Pass vaccinal : le Conseil constitutionnel valide l'essentiel du projet de loi

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.