VIDÉO - "Il y a trop de monde" : à 6h30, sur la ligne 13 du métro parisien, la distanciation difficile à respecter

Description du sujet digitial
Population

A DISTANCE - C'est l'un des défis du déconfinement : permettre aux voyageurs de circuler tout en respectant les distances sanitaires. Sur la ligne 13, en tout début de matinée, le port du masque était bien de rigueur. Mais il n'était pas toujours aisé de garder ses distances.

Dès 6h, certains quais de métro étaient déjà remplis. Alors que ce 11 mai, premier jour de la sortie du confinement en France, marque notamment la reprise des transports en commun partout en France, les équipes de LCI sont allées prendre le pouls dans plusieurs stations de capitale. Premier constat : la distanciation, de 1m à 1,5m est difficile à respecter. 

Pour Jacinthe, qui, confinement ou pas, circule tous les jours sur la ligne 13, il ne sera "jamais" possible d'appliquer les distances de sécurité recommandées. "Je le savais, c'est toujours comme ça", poursuit-elle , "inquiète", depuis la station de métro Basilique de Saint-Denis , mais peu surprise ce lundi matin.'"Il y a trop de monde" et "il n'y pas de marquage au sol", constate-t-elle.

Lire aussi

La météo et les infiltrations d'eau compliquent les choses sur la ligne 13

Même constat à Châtelet les Halles, l'un des principaux nœuds de transports du centre de Paris, où dès 6h l'affluence était déjà forte, a constaté une journaliste de l'AFP. Les RER A et B arrivaient remplis de passagers tandis que des hauts-parleurs une voix douce demandait, en vain, de garder "un mètre de distance".

A noter : la météo n'a pas simplifié les choses. Les fortes pluies de ces dernières heures ont en effet provoqué des infiltrations dans plusieurs stations ... et provoqué, explique la RATP, une "fréquentation des trains particulièrement importantes" en début de service.

"Pas les files d'attente que l'on pouvait appréhender"

"On a eu quelques soucis sur la ligne 13 car les premières rames sont parties beaucoup plus tard que prévu à cause des fortes pluies de la nuit depuis c'est à peu près fluide partout", a expliqué en direct sur LCI Stéphane Beaudet Vice-président Ile-de-France en charge des transports, précisant qu'"il n'y a pas les files d'attente que l'on pouvait appréhender à l'extérieur des gares".

En vidéo

"Dans la très grande majorité, les Français sont responsables" dans les transports, selon Stéphane Beaudet

S'agissant du port du masque en revanche, la consigne semble, elle, prise au sérieux et respectée puisque la quasi totalité des usagers rencontrés ce matin en étaient munis. "Je viens d'avoir justement Valérie Pécresse au téléphone et, y compris dans cette ligne qui est le métro urbain le plus utilisé au monde, les mesures de distanciation sociale semblent respectées et une grande majorité porte un masque", a encore indiqué Stéphane Beaudet. Mais, "prudence, ne nous emballons pas", a-t-il ajouté dans la foulée, appelant "à beaucoup d'humilité."

"3000 personnes capables de contrôler en Ile-de-France"

Concernant les contrôles pouvant donner lieu à des verbalisation, l'élu a expliqué que s'"il y a une forme de latence" concernant l’attestation d'employeur, "sur le port du masque, on ne peut pas prendre de risque et personne n'a le droit de prendre le risque pour les autres de se balader dans les transports en commun sans masque donc il faut sanction". 

Et de détailler :  "il y a pas mal de force de l'ordre, je crois que le préfet a envoyé 2000 personnes en plus des équipement de la SNCF et on a quasiment 3000 personnes capables de contrôler aujourd'hui sur le réseau en Ile-de-France." 

En vidéo

Transiliens : les transports sont-ils prêts ?

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

"Gardez vos distances et laissez libre un siège sur deux", rappellent aux usagers des affichettes accolées sur les vitres des rames de train ou de métro, tandis que d'autres autocollants rappelant les consignes de sécurités ont été parsemés au sol, sur les sièges de quais ou encore au dessus des poubelles, comme ont pu le constater les journalistes de LCI en terrain.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent