VIDÉO - Un millier de chaises vides à Paris pour représenter la crise dans la restauration

VIDÉO - Un millier de chaises vides à Paris pour représenter la crise dans la restauration
Population

IMAGE FORTE - Les professionnels inquiets du canal de l'Ourcq, à Paris, ont déposé un millier de chaises vides devant leurs établissements pour symboliser les restaurants et bars désespérément fermés.

La politique de la chaise vide est l'art subtil de briller par son absence. Alors, quand des centaines de chaises inoccupées s'accumulent, montrant le vide abyssal laissé par la clientèle, l'image est forte. C'est tout l'objectif de l'action menée par des professionnels à Paris qui, pour faire comprendre leur désarroi, ont déposé ce mardi 19 mai le long du canal de l'Ourcq, un millier d'assises en bois. 

Des chaises inoccupées depuis neuf semaines

L'initiative, inspirée des actions des restaurateurs grecs, place Syntagma à Athènes, ou allemands, place Römerberg à Francfort, est née du collectif Canal 19. Créé pour alerter sur la situation inquiétante du secteur, il est composé des patrons d'une trentaine d'établissements du XIXe arrondissement parisien. Sur chaque chaise, chacun d'eux a donc écrit un nom. Celui de son bar, restaurant, ou établissement culturel du bassin de La Villette, vidé de ses clients. Et dont les portes sont condamnées à rester closes depuis neuf semaines, faisant du secteur l'un des plus touchés par la pandémie

Lire aussi

L'objectif est notamment d'alerter les pouvoirs publics sur les solutions que sont prêts à apporter les professionnels de ce quartier populaire et festif de la capitale. "Beaucoup de chefs étoilés ont été entendus. Nous, nous sommes des lieux plus petits, plus humbles, mais on fait vivre beaucoup de gens et personne ne nous demande comment on imagine les choses, alors qu'on peut apporter des solutions ensemble", témoignage ainsi à l'AFP Margot Crouzet, cogérante du bar-guinguette L'Atalante. Parmi les clés proposées, le collectif Canal 19 veut notamment être associé à la préparation de "Paris Plages" et éviter les buvettes concurrentes cet été. "On aime Paris Plages, mais il faut l'adapter", explique ainsi Luce Namer, propriétaire du 25 degrés Est, qui ne comprend d'ailleurs pas l'interdiction de consommation d'alcool le long du canal Saint-Martin et des voies sur berges de la Seine qui plombe la vente à emporter. "On ne peut pas nous enlever cette bouée de sauvetage", déplore Niklas Riehm, associé au sein du bistrot allemand Kiez Kanal. 

Toute l'info sur

Les grands défis du déconfinement

Suivez les dernières informations sur le déconfinementRegardez jusqu'où vous pouvez vous déplacer sans attestation avant le 2 juin

Si Edouard Philippe a donné rendez-vous aux cafetiers et restaurateurs afin de savoir s'ils peuvent rouvrir, à compter du 2 juin, cette date ne devrait concerner que ceux situés dans les départements classés "vert". Et pour l'heure, la capitale est en zone rouge épidémique. De quoi mettre le secteur dans un "flou gigantesque", pour reprendre les mots de Margot Crouzet. "Non seulement nous ne rentrons pas d'argent et nous ne savons pas quand nous pourrons rouvrir, mais nous nous endettons sans avoir aucune idée du moment où l'on reprendra une activité presque normale."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent