VIDEO - Des photos oubliées lèvent le voile sur le massacre de 188 tirailleurs africains il y a 80 ans

VIDEO - Des photos oubliées lèvent le voile sur le massacre de 188 tirailleurs africains il y a 80 ans
Population

HISTOIRE - Les 19 et 20 juin 1940, 188 tirailleurs africains sont massacrés par l’armée allemande à Chasselay (Rhône). Un fait établi par la découverte récente de photographies ayant immortalisé cette exécution.

"Quand je suis tombé sur cette double page, vraiment, je suis resté interloqué, choqué..."  Baptiste Garin, un jeune collectionneur privé, raconte à TF1, dans la vidéo ci-dessus, le moment où tout a basculé. Sa découverte de photographies inédites, épinglées dans le vieil album qu'un brocanteur allemand venait de mettre aux enchères. Des photographies qui, mises les unes à la suite des autres, détaillent avec précision le massacre de tirailleurs africains, en France, durant la Seconde guerre mondiale.

Lire aussi

Le lien a été historiquement établi : cette exécution ainsi immortalisée correspond aux 188 tombes qui constituent le "tata" ("enceinte sacrée" en wolof), un cimetière traditionnel sénégalais, de Chasselay (Rhône), une commune de 2.700 habitants. Ces tirailleurs coloniaux venaient majoritairement du Sénégal, mais aussi du Mali, de Guinée, de Côte d’Ivoire, du Gabon... Les photos permettent d'identifier clairement le lieu du massacre : un champ sur les Monts d'Or, qui surplombent Lyon.

Envoyés à une mort certaine

C'était il y a quatre-vingts ans jour pour jour. En cette fin du mois de juin 1940, les Français capitulent devant les Allemands. Ces jeunes soldats africains sont alors envoyés à une mort certaine par l'état-major français, qui ne pouvait ignorer l'issue d'un combat trop inégal : prisonniers, ils ont été massacrés les 20 et 21 juin 1940 au simple motif qu'ils étaient noirs, par des soldats allemands qui ont épargné leurs officiers et sous-officiers blancs. 

Toute l'info sur

Le 20h

Pour les historiens, la vérité est particulièrement crue. Le gouverneur militaire de Lyon, le général Frère, avait décidé de poster ces tirailleurs à Chasselay et ses environs, officiellement pour défendre Lyon, pourtant déclarée "ville ouverte" le 18 juin... Plus vraisemblablement, leur mission consistait à retarder de quelques heures l'avancée des Allemands, pour protéger la retraite d'unités françaises des Alpes vers le sud.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent