VIDÉO - La cantine, un des points sensibles de la rentrée à l'école

VIDÉO - La cantine, un des points sensibles de la rentrée à l'école

RENTRÉE - Mardi, des millions d'enfants vont faire leur retour à l'école pour une rentrée des classes très particulière. Alors que l'épidémie de Covid-19 est toujours présente en France, les établissements doivent s'organiser pour permettre aux enfants de manger à la cantine en toute sécurité.

C’est une question qui inquiète de nombreux parents d’élèves : comment la sécurité sanitaire de leurs enfants sera assurée lors des séjours à l’école, et plus particulièrement à la cantine, où les points de contact sont nombreux, multipliant les risques de contamination au Covid-19. A quelques jours de la rentrée, les établissements scolaires s’attellent à effectuer les dernières désinfections et mises en place pour que tous les élèves mangent en toute sécurité.

Ainsi, à Charenton-le-Pont, dans le Val-de-Marne, les équipes de cantine seront plus nombreuses afin d’éviter toute contamination. "Il y aura une personne présente en permanence, elle distribuera les couverts, le pain et les serviettes elle-même. (…) On avait au préalable 264 places assises, on a retiré deux chaises par table, ce qui nous a fait perdre 90 places" explique Christian Auffray, responsable d'exploitation Elior au groupe scolaire "Notre-Dame des Missions Saint Pierre", au micro de TF1.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Moins de places assises, des plages horaires allongées

Une mesure prise car les risques seront nombreux à table. Ainsi, les élèves, quel que soit leur âge, ne porteront pas de masque. La distance d'un mètre entre eux ne sera pas non plus obligatoire, mais seulement conseillée. Avec moins de places assises, les services seront rallongés d'une demi-heure, les élèves déjeunant sur une plage horaire étalée de 11h10 à 14h. Pour autant à part la désinfection des tables après chaque service, le gouvernement a fixé très peu de règles pour la cantine.

A Cergy, dans le Val-d’Oise, la crainte est de voir naître un cluster au moment du déjeuner des élèves. Ainsi, la décision a été de faire manger les élèves classe par classe. "Cela nous permet de limiter les échanges d’un groupe à l’autre et d’avoir une meilleure traçabilité en cas de suspicion de Covid-19" indique Claire Beugnot, adjointe déléguée à l'éducation à la mairie de Cergy. En juin, cette ville faisait déjeuner 3 000 écoliers dans ses cantines. La semaine prochaine, le défi sera d'accueillir, en toute sécurité, deux fois plus d'élèves.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 6000 patients en réanimation quasiment atteint

80 gérantes de magasins de lingerie envoient une culotte à Jean Castex

Vers un déconfinement territorialisé en mai ?

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

Olivier Véran favorable à une levée progressive des mesures par territoire

Lire et commenter