Épidémie : un quotidien difficile pour les travailleurs frontaliers

Épidémie : un quotidien difficile pour les travailleurs frontaliers
Population

Depuis le début du confinement, la police belge multiplie les contrôles à la frontière. Tous les Français qui n'ont pas de motifs de déplacements valables écopent d'une amende de 250 euros. Nos agents, eux, font preuve d'indulgence en cas d'infraction.

Toute l'info sur

Le 20h

Cédric Santrain quitte chaque jour son domicile en France pour aller travailler en Belgique. Ce peintre décorateur doit être muni d'un justificatif de déplacement professionnel, fourni par son employeur, pour passer la frontière en toute tranquillité. Et pour cause, la police belge multiplie les contrôles depuis le début du confinement. Tous les Français qui n'ont pas de motifs de déplacements valables sont sanctionnés d'une amende salée de 250 euros. Dans le sens inverse, les poids-lourds ne sont pas arrêtés, mais tous les particuliers doivent présenter une attestation de déplacement international à notre police aux frontières. En cas d'infraction, les agents font preuve d'indulgence. Après le 11 mai, les contrôles vont continuer. Les échanges entre les deux pays vont sans doute être plus importants. D'ailleurs, un patron d'une entreprise de construction belge prévoit déjà de relancer ses activités en France. Cependant, pour faire respecter les mesures sanitaires, sa nouvelle organisation pourrait, selon lui, grever de 20% la rentabilité de ses sentiers.

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 06/05/2020 présenté par Gilles Bouleau sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 6 mai 2020 des reportages sur l’actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent