VIDÉO - Féminicides : "74 secondes de bruits" à Paris en hommage aux 74 femmes tuées depuis le début de l'année

VIDÉO - Féminicides : "74 secondes de bruits" à Paris en hommage aux 74 femmes tuées depuis le début de l'année

FEMINICIDES- Ce samedi 6 juillet, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées place de la République à Paris autour des familles de victimes de féminicides et appellent les pouvoirs publics à agir. Au moins, 74 femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint depuis le début de l'année.

Aux pieds de la statue de la République ce samedi 6 juillet, Muriel Robin a demandé à l'assemblée présente d'observer "74 secondes de bruit et de colère", en hommage aux 74 féminicides recensés en France depuis le début de l'année. "Vous avez parlé de cause nationale : où en êtes-vous ? Combien coûte la vie d'une femme ?", a lancé la comédienne à l'intention d'Emmanuel Macron. 

Lire aussi

Plusieurs centaines de personnes ont répondu à l'appel d'associations féministes, comme le collectif #NousToutes, et de familles de victimes en se rassemblant sur la place à 17h. Elles demandent aux pouvoirs publics la mise en place d'actions concrètes et urgentes pour lutter contre les féminicides. Parmi ces mesures, le traitement systématique des plaintes, l'octroi de l'aide juridictionnelle dès le dépôt de plainte, ou encore un hébergement d'urgence et des ordonnances de protection pour les victimes.

Suite à ce rassemblement, Marlène Schiappa a annoncé dans un entretien au Journal du dimanche que le gouvernement lancera en septembre à Matignon un "Grenelle des violences conjugales" afin d'enrayer le phénomène des féminicides. "Nous lançons autour du Grenelle une mobilisation nationale avec une grande consultation citoyenne et une campagne pour interpeller toute la société", ajoute la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes, qui précise que "Brigitte Macron s'engagera" personnellement dans ce dossier.

Le président Emmanuel Macron a lui-même reconnu samedi soir que la République n'avait "pas su (...) protéger" les victimes de meurtres commis par des conjoints ou anciens compagnons, dans un message sur Facebook égrenant les prénoms d'une cinquantaine de femmes. "La violence qui vous a coûté la vie nous écoeure, nous révolte", affirme-t-il. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : "Notre amour pour la France est indéracinable", assure Boris Johnson

Afghanistan : le groupe État islamique revendique deux attaques à la bombe contre les talibans

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Avant les sous-marins australiens, le cas des F-35 américains préférés aux Rafale par la Suisse

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.