VIDEO - Franky Zapata réagit après son exploit : "J'ai envie de réaliser mes rêves avant tout"

VIDEO - Franky Zapata réagit après son exploit : "J'ai envie de réaliser mes rêves avant tout"
Population

EVENEMENT - Il a réussi dimanche l'exploit de traverser la Manche sur son Flyboard. Franky Zapata s'est confié à LCI après cette incroyable aventure. Ses émotions pendant la traversée, ses difficultés, ses projets pour la suite... Il raconte.

"Heureux", "soulagé" malgré les douleurs dans les jambes. Franky Zapata, héros de la première traversée de la Manche en Flyboard, savourait dimanche matin l'exploit qu'il venait de réaliser, dix jours après une première tentative qui s'était soldée par un échec. "L'homme volant", tout juste arrivé à St-Margarets Bay (Royaume Uni), s'est longuement confié à LCI, encore sous le coup de l'émotion et de la joie.

Il a raconté "l'état second" à son atterrissage, puis "la pression qui retombe" et la fatigue "qui arrive" mais surtout "le bonheur" ressenti après cette incroyable parcours. "Je retiendrai le stress du départ, et à l'atterrissage, mais aussi ce spectacle magnifique", confie l'homme, qui a eu un échange émouvant avec sa femme au téléphone, devant la caméra. 

Le résultat d'un travail acharné

Franky Zapata raconte aussi comment, après l'échec de la semaine dernière, lui et son équipe ont "reconstruit la machine" pour "augmenter sa fiabilité", remettant tout sur le tapis afin de lui donner "la capacité à évoluer dans n'importe quelle condition". "On a redoublé de concentration et d'efforts". Il raconte aussi avoir simplement "regardé les prévisions de Météo France" pour décider du bon moment pour effectuer sa traversée, qui dépendait surtout de la préparation du Flyboard, nouvelle version. 

La traversée ? "Ce n'était ni lent ni rapide... Ça s'est bien passé. J'avais quand même mal aux cuisses à certains moments. La partie la plus difficile, c'était l'atterrissage sur le bateau [pour le ravitaillement, NDLR]", explique-t-il à LCI. 

"Le risque, c'est la vie"

Pour Zapata, "le risque c'est la vie". "J'ai envie de réaliser mes rêves avant tout", confie cet homme de 40 ans qui a d'ores et déjà un nouvel objectif. "Nous voulons être la première société au monde à proposer des vols commerciaux avec des voitures volantes... Un produit qui sera destiné au commun des mortels"... Impossible n'est manifestement pas Zapata. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter