Incendie à Anglet : 165 hectares de pinède ravagés par les flammes, des dizaines d'habitants évacués

À Anglet, la forêt s'est embrasée en quelques instants. L'incendie a dévoré la végétation à une vitesse folle. Les flammes ont profité de la hauteur des arbres pour passer d'une maison à une autre, ce qui n'est pas rassurant pour les riverains.
Population

FLAMMES - Environ 165 hectares de la forêt de Chiberta, en plein centre de la ville des Pyrénées-Atlantiques, ont brûlé dans la nuit du jeudi 30 au vendredi 31 juillet. Onze maisons ont été endommagées par les flammes, en partie ou totalement. Une centaine d'habitants ont dû être évacués.

C'est le poumon vert de la ville. Plus d'un tiers des quelque 270 que compte la forêt de Chiberta, en plein coeur d'Anglet (Pyrénées-Atlantiques), a été ravagé par un violent incendie qui s'est déclaré jeudi 30 juillet vers 19h. Un feu désormais maîtrisé" selon le maire de la ville, Claude Olive, qui précise à LCI que onze habitations ont été détruites, partiellement ou totalement. Et l'édile de prévenir : "Il y a encore deux ou trois points durs, tout risque de reprise n'est pas écarté."

A 3h du matin, un porte-parole de la préfecture a indiqué à l'AFP que le feu avait brûlé 100 hectares de forêt et touché au total 165 hectares en comptant les zones urbanisées plus ou moins affectées alentours. Toujours selon la préfecture, une centaine de résidents ont dû être évacués. 

J'avais les flammes à dix mètres ! D'habitude, ici, il n'y a jamais de vent- Un habitant d'Anglet à l'AFP

Dans la nuit, les opérations en cours mobilisaient encore quelque 150 sapeurs-pompiers et 50 engins motorisés, ainsi que 60 policiers et des  personnels du SAMU, selon la préfecture. Des pompiers de Gironde, Lot-et-Garonne et Landes ont prêté main forte à leurs collègues des Pyrénées-Atlantiques et de nouveaux renforts de Haute-Garonne, du Gers et des Hautes-Pyrénées devaient arriver. Deux avions bombardiers d'eau venus de Bordeaux avaient cessé leurs rotations à la tombée de la nuit après avoir effectué 18 largages, d'après la Sécurité civile.

Lire aussi

"A 20h tout allait bien, puis à 20h30, on nous a dit 'Que tout le monde sorte ! le vent a tourné'", a raconté, en pleurs une jeune fille évacuée de l'appartement de son petit ami. "J'avais les flammes à dix mètres ! D'habitude, ici, il y a jamais de vent", s'est quant à lui exclamé l'habitant d'une maison en bout de rue, en lisière de forêt. 

Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de cette incendie dans cette forêt composée de pins, à une période où la densité de population est encore plus forte qu'à l'accoutumée. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent