VIDÉO - Incendie après l'installation d'un compteur Linky : Enedis est-il responsable ?

VIDÉO - Incendie après l'installation d'un compteur Linky : Enedis est-il responsable ?

À LA LOUPE – Notre cellule de fact-checking a été sollicitée par Camille, jeune mère de famille qui a subi un incendie d'origine électrique deux semaines après l'installation d'un nouveau compteur Linky. Celui-ci est-il en cause ? Nous avons vérifié.

Les nouveaux compteurs Linky provoquent-ils des incendies ? Cette question, à laquelle LCI avait consacré une enquête le 2 août 2019, se penchait sur ces cas de témoignages de particuliers ayant vu leur compteur Linky dégager des flammes, vidéo à l'appui. A l'époque, nous avions contacté Enedis, la société chargée de l'installation de ces compteurs. Elle nous avait alors expliqué qu'elle n'avait jamais été tenue responsable des départs de feu.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Lire aussi

Les résultats de notre enquête ont attiré l'attention de Camille Fons, propriétaire d'une maison à Langoiran, en Gironde, touchée par un incendie au mois de février. Elle nous l'assure, "le feu est parti du compteur Linky installé quelques semaines plus tôt dans la cuisine." Nous avons pu nous procurer le rapport définitif d'expertise. À La Loupe poursuit donc son enquête. 

Que s'est-il passé à Langoiran ?

Le lundi 25 février 2019, Camille Fons prend son petit-déjeuner avec ses deux enfants, Louis, 4 ans, et Clément, 2 ans. Son conjoint est déjà parti au travail. Vers 8h30, Camille décide de lancer une machine. Un geste du quotidien, a priori anodin. 

Rapidement, elle entend des crépitements provenant du nouveau compteur Linky installé dans la cuisine. Intriguée, elle ouvre l'armoire électrique et aperçoit des flammes qu'elle essaiera d'éteindre avec un torchon mouillé. Mais il est trop tard, l'incendie a déjà commencé. La jeune mère de famille va alors chercher ses enfants qui regardaient la télé dans la pièce d'à côté pour sortir dans le jardin. Les pompiers interviennent rapidement pour éteindre le feu. 

La cuisine est ravagée, les chambres de l'étage touchées par les fumées, la tranquille maison de famille devient inhabitable. 

Lire aussi

L'installation d'Enedis en cause ?

Camille Fons a contacté À La Loupe pour marquer son désaccord avec les affirmations fournies par l'installateur. "Enedis nous a contactés en début d'année pour installer le nouveau compteur Linky, explique Camille Fons. Avec mon conjoint, nous avons immédiatement accepté. Je n'étais pas une anti-Linky et je ne croyais pas à tout ce qu'on pouvait raconter sur ce compteur." L'installation a eu lieu le 8 février, soit 17 jours avant l'incendie. 

Camille Fons tient à préciser que les installations électriques étaient alors aux normes. Des travaux avaient été entrepris en 2016 lorsque la famille avait acheté cette belle maison de village pour la rénover.  

Nous avons pu nous procurer le rapport définitif d'expertise réalisé à la suite du sinistre et ses conclusions sont sans appel. "La responsabilité d'Enedis est engagée dans le départ de l'incendie. Les installations électriques de l'immeuble privé n'ont joué aucun rôle dans la survenance ou l'aggravation du sinistre. L'incendie prend naissance dans le boitier coupe-circuit sous concession Enedis. [...] Compte tenu de ce qui précède, la responsabilité d'Enedis est engagée dans ce sinistre." Des conclusions que l'entreprise n'a pas contesté.

Quelle est la réponse d'Enedis ?

Face à cette contradiction entre la communication d'Enedis et les conclusions de l'expertise, nous avons confronté l'entreprise. Si le fournisseur identifie bien ce sinistre, il souhaite apporter une nuance. "Une installation électrique est composée de différents matériels : le tableau général basse tension du client, le disjoncteur de branchement, le coupe-circuit du branchement, le compteur électrique. Le coupe-circuit du branchement est un composant relié à l’installation du client. Le coupe-circuit est un élément complètement disjoint du compteur électrique." En effet, si le nouveau compteur a bien été installé deux semaines avant le drame, l'incendie, lui, est parti du coupe-circuit et non du compteur Linky lui-même. 

Enedis poursuit sa défense et s'appuie sur ses chiffres. "Le nombre annuel d'incidents où Enedis est mis en cause sur la partie du réseau public d’électricité est de 150. Ce chiffre, constant ces dernières années, est à mettre en perspective avec les 35 millions de points d’alimentation d’électricité gérés par Enedis. Sur ces 150 cas, aucun n’a mis en cause le nouveau compteur électrique Linky." 

Lire aussi

Une plainte classée sans suite

"Imaginez si la maison avait pris feu pendant que nous dormions ? Pas sûr que je sois là pour vous parler", frissonne encore Camille Fons. Elle a donc décidé de porter plainte contre Enedis pour "mise en danger d'autrui par personne morale par violation manifestement délibérée d'une obligation réglementaire de sécurité ou de prudence." 

A son grand étonnement, la plainte est classée sans suite. LCI a pu consulter le document envoyé à la famille. Si le procureur de la République de Bordeaux reconnaît que "l'auteur des faits [Enedis, ndlr] a commis une infraction", il estime pourtant que "une suite administrative a été ordonnée et paraît suffisante." Problème : Camille et son conjoint ne comprennent pas à quelle "suite administrative" la justice fait référence. 

Contacté par LCI, le procureur de la République de Bordeaux nous explique que la plainte a été déposée en octobre, soit huit mois après les faits. "Du fait du laps de temps écoulé entre l'incendie et la plainte, aucune investigation judiciaire n'a pu être réalisée. Dans la mesure où aucune infraction pénale n’a été établie et compte tenu du fait que les réparations ont été intégralement prises en charge par les assurances, le parquet de Bordeaux a classé l'affaire au motif suivant : 'autre poursuite ou sanction de nature non pénale'." 

Lire aussi

De son côté, Enedis assure que, "pour les clients victimes d’un incident électrique dont l’origine est démontrée comme étant de la responsabilité de notre entreprise, nous assumons pleinement notre responsabilité et appliquerons donc cette règle assurantielle dans le cas de Langoiran." L'installateur explique ainsi être dans l'attente "de la demande du recours de la part de l’assureur multirisque habitation afin de lui donner une suite favorable." 

Aujourd'hui, la famille vit toujours dans un logement provisoire depuis l'incendie de février et, ironie de l'histoire, continue de recevoir des factures EDF pour sa maison incendiée qui n'a plus d'électricité. L'assurance ne couvre plus les loyers de leur location alors que les travaux ne sont pas terminés. Camille, elle, a du être placée en arrêt maladie. 

Lire aussi

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

Non, l'application TousAntiCovid ne sera pas indispensable pour entrer dans un supermarché

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 11.000 contaminations ces dernières 24 heures, la baisse se poursuit

Un troisième mystérieux monolithe de métal découvert, en Californie cette fois

Miss France 2021 : passez le test de culture générale des candidates

Lire et commenter