VIDÉO - Avec le village olympique, la Seine-Saint-Denis lance le premier chantier d'envergure des JO 2024

Population

Toute L'info sur

Les Jeux olympiques 2024 à Paris

CHANTIER OLYMPIQUE - Edouard Philippe a lancé lundi le chantier de démolition qui doit précéder la construction du village olympique et paralympique, d'ici 2024, à cheval sur trois communes du 93, Saint-Ouen, Saint-Denis et l'Ile-Saint-Denis. Un territoire de 51 hectares qui doit accueillir, au-delà des 15.000 athlètes de 2024, un nouveau quartier de 6000 habitants avec bureaux, logements, écoles et crèches.

C'est le premier grand chantier visible des JO 2024. Edouard Philippe a lancé officiellement, lundi, la phase de destruction des bâtiments situés sur les 51 hectares, en bord de Seine, du futur village olympique et paralympique, à cheval sur trois communes, Saint-Denis, L'Ile-Saint-Denis et Saint-Denis (93). 

Un projet de très grande ampleur placé sous la houlette de la Société de livraison des équipements olympiques (Solideo), un aménageur dont le budget global pour la construction des équipements est de près de 1,3 milliard d'euros (dont 933 millions pour l'Etat). Le chantier de construction doit démarrer au second trimestre 2020, pour une livraison attendue début 2024. Depuis deux ans, la société a organisé les négociations sensibles avec une vingtaine d'entreprises, trois écoles - dont l'école d'ingénieurs Supméca - et un foyer de travailleurs étrangers, afin de récupérer le foncier et organiser leur déménagement. 

Viser l'après-2024

Le village olympique et paralympique accueillera, de juillet à septembre 2024, près de 15.000 athlètes ainsi que leurs accompagnateurs. A la jonction de nombreuses lignes de métro, il sera l'épicentre de ces JO.

Mais la promesse de Jeux "durables" a conduit les porteurs du projet à imaginer des bâtiments qui seront immédiatement réutilisés par la population dès les JO terminés, dans le cadre d'un écoquartier. Les logements des sportifs seront ainsi convertis pour accueillir près de 6000 habitants et 6000 salariés, ainsi que des écoles, crèches, un lycée et des bureaux. "Il faut qu'après les JO 2024 il demeure quelque chose", a ainsi résumé Edouard Philippe lors du lancement du chantier. "Cela fait quatre semaines pour les JO, puis 40, ou 60 années (..) pour le développement urbain et la qualité de vie. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter