L'incroyable histoire du pilote de l'avion dont l'épave a été retrouvée par un pêcheur corse

En Corse, un pêcheur a repéré un avion de guerre il y a quelques semaines. Il s'agit d'un P-47 Thunderbolt, un chasseur américain tombé pendant la Seconde Guerre mondiale.
Population

HISTOIRE(S) - Cet été, dans le Cap Corse, un pêcheur a retrouvé par hasard une épave d'avion de la Seconde guerre mondiale. Grâce au concours de plusieurs spécialistes, le pilote a pu être identifié. Et l'homme était déjà célèbre pour d'autres raisons.

A priori, rien ne lie le Cap Corse, la Seconde guerre mondiale, la pêche au rouget, le traitement de l'épilepsie et l'acteur américain Morgan Freeman, à part peut-être une partie de "Kamoulox", ce jeu télévisé fictif et absurde inventé en leur temps par Kad et Olivier. Ce lien improbable a pourtant été établi cet été, avec la découverte, au large des côtes de Macinaggiu, sur la pointe orientale au nord de la Corse, de l'épave d'un P47, avion américain emblématique de la Second guerre mondiale, en parfait état, au point que la planche de bord, les palonniers ou les mitrailleuses d'aile ont été retrouvés intacts, sous une couche d'algues.

"Ce matin-là, j'ai calé mes filets à rougets puis au moment de les relever, vers 8h30, j'ai senti que ça accrochait... Je travaille ici en mer depuis quarante-six ans. J'en ai calé des kilomètres et des kilomètres de filets, je n'étais jamais tombé dessus et cette année oui. C'est comme ça", raconte Michel Astolfi, le pêcheur qui, comme le veut la loi maritime, a donné son nom à cette épave, ensuite découverte de visu par Stéphane Ramazzotti, directeur du club de plongée Capi Corsu Diving.

Lire aussi

90% de certitude

Plusieurs spécialistes ont alors été mobilisés. Entre cartes, données géographiques et documents américains d'époque, le fil de l'histoire a ainsi pu être remonté. Jusqu'à identifier, avec 90% de certitude, le pilote de cet avion, un certain Earl Sherard, en mission le 22 juin 1944, avec trois autres pilotes "Tuskegee Airmen" de la 332nd FG 100th FS, dont les données correspondent aux trois épaves de P47 déjà découvertes en Corse dans les années 1980.

"Earl Sherard était en formation serrée (dans les airs) avec 48 de ses copains et malheureusement quatre d'entre eux, dont lui, sont tombés à l'eau", éclaire l'historien Dominique Mattei, auteur d'ouvrages de référence sur le sujet tels que USS Corsica et We Corsicans, et qui recherchait cet avion depuis vingt-quatre ans. Dans son livre We Corsicans, cité par Corse-Matin, il indique que "les quatre pilotes qui avaient connu des problèmes le 22 juin 1944 étaient basés à Ramitelli en Italie. Une mission vers La Spezia était programmée ce jour-là (...). Mais dans le Cap Corse, il y avait un vent très important. Cela a sûrement déstabilisé les P47".

Quelques pages plus loin, il détaille ainsi l'accident : "Le P47 du Lieutenant Earl Sherard a pris feu. Il a réussi à se poser en mer, après une glissade. Le pilote est sorti de l'avion, a marché sur l'aile, s'est débarrassé de son parachute et a gonflé son gilet de sauvetage, quelques instants avant que son avion ne coule. Il a été sauvé par une vedette de la Royale Navy." L'histoire, déjà étonnante, aurait pu s'arrêter là. Mais elle se poursuit quelques mois plus tard, en 1945, lorsque le pilote rentre chez lui en héros, à Columbus, capitale de l'Etat de l'Ohio, où il est né en 1924.

Un symbole puissant

A l'époque où le rôle des Afro-Américains dans l'armée restait limité et sujet à controverses, le retour d'Earl Sherard en tant que pilote émérite représentait, de fait, un symbole puissant. C'est pourtant lors de ce moment de gloire qu'il décide de renoncer à l'aviation. A la place, il se lance, une nouvelle fois en tant que pionnier, dans le domaine médical, plus spécifiquement ceux de la pédiatrie et de l'épilepsie. Il deviendra directeur de la division de neurochirurgie à l'hôpital pour enfants de Columbus.

Incroyable mais vrai : Earl Sherard fera, en tant que médecin, l'objet d'un téléfilm tourné en 1987, Fight for life ("Combat pour la vie"), basée sur une histoire vraie. La sienne, donc. Morgan Freeman y interprète son rôle et donne la réplique à Jerry Lewis, qui incarne, lui, un optométriste dont la fille de 6 ans souffre d'épilepsie. Le film raconte le combat mené par Earl Sherard contre la FDA (Food and Drug Administration) qui interdisait, dans les années 1970, l'usage d'un médicament anticonvulsivant, pourtant autorisé en Angleterre, qui aurait pu sauver la fillette. Et qui finira par la sauver, grâce à l'ex-pilote. Un héros, un vrai.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Plus de 500.000 nouveaux cas déclarés dans le monde mardi, un record

"Vous avez un problème avec la République", vive altercation à l'Assemblée entre Blanquer et Mélenchon

Reconfinement : ce que l'on sait des pistes envisagées par l'exécutif

Les écoles et les collèges vont-ils rester ouverts en cas de reconfinement ?

REPLAY - Didier Raoult sur LCI : "Je ne suis pas Nostradamus"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent