Vaches "à hublot" : L214 publie une nouvelle vidéo choc, le gouvernement défend ces expérimentations "choquantes" mais "utiles"

Vaches "à hublot" :  L214 publie une nouvelle vidéo choc, le gouvernement défend ces expérimentations "choquantes" mais "utiles"
Population

BIEN-ÊTRE ANIMAL - L'association de protection animale, qui s'est fait une spécialité de la révélation d'images chocs, dévoile ce jeudi les conditions de vie des animaux dans la ferme expérimentale de Sourches, à Saint-Symphorien. On découvre notamment des vaches à l'estomac perforé ou des poulets trop gros.

Avant de regarder ces images, il vaut mieux avoir l'estomac bien accroché. L'association de défense des animaux L214 met en ligne ce jeudi 20 juin une vidéo pour dénoncer les conditions de vie des animaux dans la ferme expérimentale de Sourches, à Saint-Symphorien, dans la Sarthe. Cet élevage appartient à l'entreprise Sanders, leader français de la nutrition animale et filiale du groupe agro-industriel Avril qui produit 25% des œufs consommés en France, un cochon sur huit et un lapin sur quatre qui finissent dans les assiettes, selon le rapport de L214. C'est sur ce site, bâti en 1958, qu'elle teste ses produits.

L'enquête, réalisée entre février et mai dernier, épingle l'utilisation de "hublots" implantés dans le ventre des vaches pour permettre un accès direct à leur estomac. La "fistulation", le nom de ce procédé inventé au XIXe siècle, permet grâce à des ouvertures de 15 à 20 centimètres de diamètre d'accéder au rumen, l'un des quatre estomacs de l'animal, pour étudier sa digestion. L'objectif de cette démarche est simple : "optimiser la performance et la productivité" des animaux.

Lire aussi

"Considéré comme indolore pour l'animal"

Sur les images glaçantes filmées en caméra cachée, et commentées par l'animateur Nagui, végétarien assumé, on y voit des opérateurs en blouses introduire leur mains à l'intérieur de l'estomac de plusieurs "vaches cobayes". "En période d'expérimentation, on peut ouvrir et refermer leur hublot 6 fois en l'espace de 48 heures pour y faire des prélèvements. Sans compter la pose même du hublot, une opération invasive qui génère des douleurs postopératoires et nécessite une prise de médicaments durant plusieurs jours - des antibiotiques durant deux semaines selon un opérateur du centre", écrit l'ONG.

Dans Le Parisien, le porte-parole du groupe Avril assure que cette technique "s'accompagne d'un suivi vétérinaire rigoureux et est considéré comme indolore pour l'animal" et précise que la ferme de Sourches ne compte que six vaches "fistulées". L'industriel argue que cela a déjà permis "de réduire l'usage d'antibiotiques en élevage et de réduire les émissions de nitrates et de méthane (gaz à effet de serre) liées à l'élevage." Une défense qui ne convainc pas Sébastien Arsac, cofondateur de L214 : "L'argument est cocasse. (...) Ces recherches ont aussi des conséquences sur l’ensemble des animaux d’élevage qui se verront appliquer le même régime alimentaire, à l'origine de nombreux problèmes de santé. Quel est le sens de cette course ?"

Lire aussi

Une plainte déposée et une pétition ouverte

En vidéo

Vaches à hublot : la réaction de leur vétérinaire

L'association de défense des animaux pointe aussi les conditions de vie de ces vaches dans la ferme expérimentale. "Elles vivent sur un sol en béton sans paille, dans l'humidité. Le sol mouillé est glissant, leur pelage fréquemment souillé de leurs déjections", s'insurge L214. "Parfois, le contenu de l'estomac des vaches déborde des hublots." Les images mettent également en avant les expérimentations menées sur des cochons et lapins. Pour les poulets, "nourris avec une alimentation trop riche, leur poids est poussé à l'extrême. Ils ne tiennent plus sur leurs pattes du fait de la croissance toujours plus rapide."

"Profondément choqué", Nagui appelle à "mettre un terme à cette course à la performance qui se fait au détriment de la santé des animaux et de notre santé. Exigeons l'arrêt de ces expériences". "Pour Sanders et pour l'élevage intensif (...) aujourd'hui les animaux ne sont que des machines à produire, une simple matière première à notre disposition", dénonce l'animateur qui, pour étayer son propos, explique qu'en moyenne une vache laitière produit cinq fois plus que les besoins naturels d'un veau. 

Parallèlement, l'ONG a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République du Mans contre le centre de Sourches pour "expérimentations en dehors des objectifs définis par la loi et sévices graves sur les animaux". L214 a aussi posté une pétition "pour l'interdiction de ces expérimentations zootechniques". Plus de 100.000 personnes avaient déjà signé jeudi à 15h.

"Choquant" mais "utile" pour Brune Poirson

Au plus haut sommet de l'Etat, cette vidéo a fait réagir les ministres du gouvernement. "C'est choquant", mais "ce sont des pratiques scientifiques et qui ne font  pas souffrir l'animal. On en est sûr car on sait mesurer le stress chez les  animaux", a assuré Mme Poirson, invitée sur la chaîne Public Sénat.  "C'est utile, parce que nous avons besoin de la science" a-t-elle insisté,  tout en estimant qu'il faudrait "mieux encadrer ces pratiques là" et développer  des alternatives.

"L'Inra (l'Institut national de la recherche agronomique, NDLR) y travaille  déjà (...) et j'espère qu'il pourra rendre des conclusions avant 2025",  a-t-elle ajouté. "Mais c'est toujours un équilibre qui est compliqué, difficile, parce que  nous avons besoin de la science sur beaucoup d'aspects, y compris parfois  paradoxalement pour développer des médicaments qui peuvent être bénéfiques pour  les animaux", selon Mme Poirson.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter