Les nostalgiques du confinement

Les nostalgiques du confinement

Le confinement est terminé depuis une semaine, mais certains d'entre nous semblent déjà regretter cette période inédite. Témoignages.

Chaque soir durant le confinement, Guillaume et quelques voisins poussaient la chansonnette au milieu de leur résidence à Sartrouville. Mais depuis la reprise du travail lundi 11 mai, l'orchestre ne joue plus. "Toutes les bonnes choses ont une fin. C'est ça qui me manque en fait. On a créé quelque chose qu'on n'a jamais fait auparavant", s'émeut-il devant nos caméras. Ces deux mois ont été difficiles et longs pour Catherine, une retraitée au deuxième étage. Mais de cette période, elle gardera aussi de bons souvenirs : "une grande sympathie s'est révélée entre tous les propriétaires, c'était sympa, ça va me manquer".

Ces 55 jours ont également révélé les jeunes d'un quartier de Saint-Denis. En quelques semaines, Ahmed Ait-Ghezali et ses copains ont organisé la distribution de repas aux résidents anciens et isolés. Pour eux, le fameux monde d'après commence maintenant. "Il y a une future épicerie solidaire qu'on va mettre en place sur notre quartier. Là c'est la fin du confinement, mais je pense qu'on a encore un rôle à jouer", témoigne l'un des membres de l'association "7 Dreams".

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 17/05/2020 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 17 mai 2020 des reportages sur l'actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Toute l'info sur

LE WE 20H

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

Le coronavirus ne sera pas vaincu d'ici la fin de l'année, selon l'OMS

Assouplissement des mesures anti-Covid : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Lire et commenter