Ma nouvelle vie : ils aident les personnes âgées à se déconfiner pas à pas

Ma nouvelle vie : ils aident les personnes âgées à se déconfiner pas à pas
Population

REPORTAGE - La crise du coronavirus a mis en évidence les difficultés et dysfonctionnements liés à la prise en charge de nos aînés en France. Rencontre avec Stéphanie Vilard, la directrice d'une résidence pour seniors autonomes à Nîmes et Jean-Philippe Crossouard, un aide à domicile.

Redonner aux seniors une vie normale, tout en restant prudent. C'est ce que cherchent à faire Jean-Philippe Crossouard, et Stéphanie Vilard. Après deux mois de confinement particulièrement stricts pour les personnes âgées du fait de leur grande vulnérabilité au coronavirus,  cet aide à domicile et cette directrice d'une résidence pour seniors autonomes veulent accompagner en toute sécurité leurs patients dans le déconfinement. 

La crise sanitaire liée au coronavirus a mis un coup de projecteur sur les conditions d'accompagnement des seniors. Mardi 26 mai, 150 personnalités ont signé un "Manifeste pour une révolution de la longévité" dans Le Monde. Dans le quotidien, les signataires, des personnalités de Laurent Berger à Michel Drucker, et des élus locaux et grands patrons, mettent en avant l'urgence de repenser le modèle des Ehpad, des logements, des relations intergénérationnelles et d'augmenter la dépense publique. 

"On a l'impression de revivre"

Sens de circulation imposé dans la résidence, réunions régulières d'informations, mise en place des gestes barrières, distanciation sociale... toutes les précautions sont prises pour permettre une reprise pas à pas vers la vie normale de nos aînés. "Chacun aura un temps d'adaptation", insiste Stéphanie Vilard depuis sa résidence. Des mesures essentielles qui redonnent le sourire aux seniors de l'établissement. "On a l'impression de revivre", glisse une résidente. 

Toute l'info sur

Ma nouvelle vie

Alors que "92% des victimes du coronavirus en France sont âgées de 65 ans ou plus", un manifeste, à l'initiative de Luc Broussy et Jérôme Guedj, cofondateurs du Think Tank Matières Grises appelle au lendemain du lancement du "Ségur de la santé", concertation visant à améliorer la prise en charge des malades et les conditions de travail des soignants, tous demandent "à la puissance publique mais aussi à l'ensemble de la société" de "changer de braquet dans l'accompagnement du grand âge". Pour cela, il faut "donner les moyens en adaptant nos logements, en réformant les modes d'organisation et de financement des services d'aide à domicile, en développant massivement les formules d'habitats alternatifs et en reconnaissant le rôle des proches aidants, souvent âgés eux-mêmes", plaident les 150 signataires. Mais aussi repenser l'accompagnement des personnes âgées, car "comme pour l'hôpital, il y a bel et bien urgence à penser réorganisation, gouvernance, moyens et reconnaissance des professionnels". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent