"Mon confinement peu ordinaire" : rencontre avec les deux cowboys du Gers

"Mon confinement peu ordinaire" : rencontre avec les deux cowboys du Gers

Pour ce deuxième épisode de notre série, nous sommes allés à la rencontre de Jeff et Denis. Deux cowboys passionnés qui ont bâti un village western en plein coeur du Gers. Une immersion totale dans une ambiance Far West des années 1880.

Aujourd'hui, Jeff et Denis sont bien seuls. Jamais ils n'auraient imaginé être confinés dans un village western en plein coeur du Gers. Ces bénévoles passionnés ont tout bâti de leurs propres mains. Quatre ans de travail et c'est loin d'être terminé. "On a toujours quelque chose à faire, comme ça au moins on ne pense pas au Covid".

Tout doit être parfait pour la prochaine ouverture. Plus de 3 000 passionnés se pressent ici chaque année pour écouter de la musique country, s'accouder au comptoir. Une atmosphère que Jeff espère rapidement retrouver. "C'est l'amitié, c'est là qu'on se retrouve, on discute, on joue aux cartes, il faut animer ce saloon".

Un côté entre la prison et la banque, Denis nous fait visiter les chambres. Pour cette période d'isolement, il aurait pu s'installer dans ce décor d'époque avec le plancher en bois, les tableaux et bien sûr pas d'électricité. Mais le cowboy dort en réalité à une cinquantaine de mètres, dans une maison avec tous les avantages de la vie moderne. Il passe la plupart du temps dehors au village pour s'occuper des neuf chevaux du ranch.

Plongés dans cette ambiance far west des années 1880, nos cowboys tentent de rester à distance des problèmes actuels. Avec un saloon, un barbier et une banque, on pourrait facilement leur envier ce confinement.

Toute l'info sur

LE WE 20H

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon une revue médicale

Producteur tabassé par des policiers à Paris : que s'est-il passé ?

Ce qu'il sera possible (ou non) de pratiquer dans les stations de ski pendant les vacances de Noël

EN DIRECT - Le nombre de patients en réanimation repasse sous la barre des 4000

"Un chagrin presque insupportable" : Meghan Markle évoque sa fausse couche dans une poignante tribune

Lire et commenter